Grèce: les marchés devraient garder leur calme, pour la Commission européenne

Grèce: les marchés devraient garder leur calme, pour la Commission européenne

Greece's PM Antonis Samaras gestures during a parliament session in AthensLa Commission européenne s’est voulue rassurante mardi et a estimé que les marchés financiers devraient garder un peu plus leur calme vis-à-vis de la Grèce, au moment où le pays est entré dans une période d’incertitude politique qui a fait plonger sa Bourse.

« Les marchés devraient peut-être se montrer un peu plus confiants » vis-à-vis de la Grèce, a déclaré Pierre Moscovici, le commissaire européen en charge des Affaires économiques lors d’une conférence de presse à Bruxelles.
« Les autorités grecques ont pris leurs responsabilités, je ne peux pas faire de commentaires, c’est une décision démocratique. Il semble que les marchés sont toujours sensibles à l’incertitude politique », a-t-il ajouté.
La Grèce est entrée lundi soir dans une période d’incertitude politique après l’annonce d’une présidentielle anticipée qui pourrait entraîner des législatives et l’arrivée au pouvoir d’une gauche radicale opposée aux réformes imposées par les créanciers de la troïka. Ce scénario a fait plonger mardi la Bourse d’Athènes, qui a cédé 12,78%, une chute inédite en 27 ans.

Lundi soir, le gouvernement grec a annoncé sans crier gare qu’il accélérait le calendrier de la présidentielle qui doit désigner le successeur de Carolos Papoulias, 85 ans, avec un premier tour avancé de deux mois, au 17 décembre.
Revenant sur cette décision, M. Moscovici a estimé que le Premier ministre grec Antonis Samaras avait agi ainsi « car il est confiant dans sa capacité à gagner les élections ». « J’ai eu plusieurs occasions de parler avec lui, je crois qu’il sait ce qu’il fait », a-t-il insisté.

Les Echos