Secrets de l’histoire: l’africain Mansa Moussa reste l’homme le plus riche de tous les temps

Secrets de l’histoire: l’africain Mansa Moussa reste l’homme le plus riche de tous les temps

Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, est l’homme le plus riche du monde, selon la liste des milliardaires de 2019 publiée par le magazine Forbes. Avec une fortune estimée à 131 milliards de dollars US (76 000 milliards de FCFA), il est l’homme le plus riche de l’histoire moderne. Mais il n’est pas du tout l’homme le plus riche de tous les temps. Ce titre revient à Mansa Moussa, un roi de l’empire du Mali du 14ème siècle. Descendant d’une lignée de leaders impériaux en Afrique de l’Ouest, Mansa Moussa a bâti une richesse telle qu’elle est aujourd’hui difficilement estimable. Suivant les estimations, sa fortune, en données corrigées de l’inflation, aurait atteint 400 ou 500 milliards de dollars, voire 600. En fait, on ne sait pas vraiment.” L’empereur était si riche que ses dons généreux ont détruit l’économie d’un pays entier. 
Pour le docteur Rudolph Ware, de l’université de Californie, il est clair qu’il n’existe qu’un empire qui ait pu rivaliser avec la puissance économique, politique et militaire de celui de Mansa Moussa à cette époque : l’empire de Chine.

Plus riche que certains milliardaires contemporains, cet empereur malien du XIVe siècle a bâti un empire prospère grâce à un accès unique à l’or. Pourtant, son héritage unique a été oublié. Il aurait été plus que riche que Bill Gates ou Jeff Bezos. L’empereur malien Mansa Moussa a dirigé entre 1312 et 1337 un royaume incroyablement prospère. Des équipes de la BBC retracent la vie de ce leader unique, oublié de l’histoire.

Pour Kathleen Bickford Berzock, conservatrice au Block Museum of Art, c’est l’accès à un métal précieux qui a permis la richesse inouïe de l’empire du Mali. Les sols du royaume auraient abrité près de la moitié des réserves d’or de l’Ancien Monde. La région sur laquelle s’étendait l’empire du Mali produisait l’un des ors les plus purs qui circulaient à cette époque, où les États les plus puissants étaient essentiellement fondés sur l’étalon-or.”

Une richesse presque inestimable

En dépit de leurs impressionnantes fortunes, le patron d’Amazon Jeff Bezos (131 milliards de dollars) et le PDG de Microsoft Bill Gates (100,6 milliards de dollars) n’ont pas encore réussi à remporter le titre d’homme le plus riche du monde, malgré la réputation et les chiffres qui sont les leurs. Dans ce classement, ils sont devancés par un inconnu, aux yeux de beaucoup de contemporains, qui s’appelle Mansa Moussa. Mansa Moussa a été le roi de l’empire du Mali au XIVe siècle. Et s’il est resté si discret sur son immense fortune, c’est parce que personne, dans l’histoire, n’a pu accéder au capital qu’il avait amassé et qui est aujourd’hui estimé à 400 milliards de dollars. Son nom vient d’être mis en évidence dans le cadre d’une exposition intitulée « Caravans of Gold, Fragments in Time: Art, Culture, and Exchange across Medieval Saharan Africa ». Organisée par le Block Museum of Art de la Northwestern University, elle révèle en détail, et jusqu’au 21 juillet prochain, l’importance des routes commerçantes du Sahara à travers le monde médiéval et comment, contrairement aux propagandes sur le commerce des esclaves, l’Afrique de l’Ouest et le Sahara abritaient à cette époque une culture et une économie riches et vibrantes.

L’âge d’or de Tombouctou

L’Empire du Mali possédait les plus grands gisements aurifères connus à cette époque. Tout l’or du royaume appartenait à Mansa Moussa. Mansa Moussa, ou l’empereur Moussa, a amassé une fortune colossale estimée à 400 milliards de dollars d’aujourd’hui, grâce aux ressources des terres d’Afrique. L’histoire se déroule au XIVe siècle. Une période riche et prospère pour l’Empire du Mali, immense territoire d’Afrique de l’Ouest. Le sol regorge d’or et le souverain de l’époque, Mansa Moussa –qui a régné entre 1312 et 1337 – ne rate pas l’opportunité d’exploiter ce précieux métal. Sous sa houlette, l’Empire représente près de la moitié des réserves d’or de l’Ancien monde, comme le souligne la BBC, qui cite le British Museum. Apprécié pour sa pureté, l’or africain est utilisé pour frapper des devises ou fabriquer bijoux et objets religieux.

Le pèlerinage fastueux

Mansa (ou roi) Moussa a régné de 1332 à 1337 sur le Mali, pays alors d’une grande richesse en ressources naturelles, notamment en or et en sel, prisés par l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient. Sous son règne, la prospérité et l’influence de son empire, englobant ce qui est aujourd’hui le Mali, le Sénégal, la Gambie, la Guinée, le Niger, le Tchad et la Mauritanie, se sont accrues. Malgré cette opulence, une grande partie du monde ignorait presque tout de lui, jusqu’à son pèlerinage à La Mecque.

Malgré un commerce florissant, les performances économiques du royaume et de son dirigeant, appelé le Seigneur des mines, sont peu connues au-delà de ses terres. C’est en 1324, lors de son voyage à La Mecque, qu’il exhibe sa richesse. Dans son long périple, le Mansa (roi des rois) embarque avec lui 60 000 hommes, 12 000 esclaves et une centaine de chameaux transportant chacun 150 kilos d’or pur, souligne L’Orient-Le Jour qui se réfère à une exposition aux Etats-Unis, Les caravanes de l’or, dédiée au rôle central de l’Afrique à l’époque médiévale. Le roi Moussa se fait remarquer en distribuant de l’or. Il  inonde le marché du Caire au point de provoquer une crise financière.

Roi providentiel ou souverain mégalomane ? Le nom de Mansa Moussa est en tout cas associé à la prospérité de l’Empire du Mali, l’un des plus vastes au monde à cette époque. A la fin du XIVe siècle, le « Lion du Mali », figure dans l’Atlas Catalan de 1375, une référence importante pour les navigateurs de l’Europe médiévale.

On y voit Moussa assis sur un trône tenant dans la main une pépite d’or (photo d’illustration de l’article). Mais après sa mort en 1337, son Empire ne résiste pas aux divisions et aux rébellions. Mansa Moussa laisse un héritage culturel important à Tombouctou et dans d’autres villes de l’actuel Mali. Sa fortune, estimée à 400 milliards de dollars par le site américain Celebrity Net Worth, fait de lui l’homme le plus riche de tous les temps.

De retour d’un pèlerinage à La Mecque en 1325, Mansa Moussa veut faire de la ville de Tombouctou une cité islamique savante. Il fait construire de nombreuses universités et encourage la venue de chercheurs étrangers. On estime que la ville abritait au XIVe siècle quelque 80 facultés. C’est une société complexe, lettrée. Des universitaires viennent du monde entier dans cet empire d’Afrique de l’Ouest afin d’y étudier la loi islamique, l’astronomie, la théologie, les sciences.” Aujourd’hui, des intellectuels plaident pour une vision de l’histoire moins centrée sur l’Occident. Kathleen Bickford Berzock affirme qu’il faut cesser d’ignorer la richesse de l’histoire des civilisations africaines.

Le colonialisme et le commerce triangulaire ont eu de profondes répercussions sur la manière dont les Européens et Américains écrivent sur l’Afrique et les Africains, et sur la manière dont ils les perçoivent.”
De sa fondation vers 1235 jusqu’à son déclin progressif à partir du XVe siècle, l’empire du Mali s’étendait sur une majeure partie de l’Afrique de l’Ouest, englobant des morceaux des territoires actuels de la Guinée, de la Gambie, du Sénégal, du Niger et du Mali. Après la mort de Mansa Moussa, vers 1337, l’Empire malien continua de prospérer sous les règnes de ses descendants. Mais l’émergence d’empires rivaux et l’apparition de nouvelles routes commerciales précipitèrent sa chute.

Un roi oublié de l’histoire

Selon la curatrice Kathleen Bickford Berzock, spécialiste de l’art africain au Block Museum of Art de la Northwestern University, « le legs des échanges transsahariens médiévaux a été largement omis par les récits historiques et artistiques occidentaux, de même que par les musées. Et l’exposition “Les Caravanes de l’or”, qui a nécessité huit ans de préparation, veut rectifier cette conception erronée et démontrer le rôle pivot de l’Afrique dans l’histoire du monde, particulièrement à travers 250 œuvres d’art provenant de l’Afrique de l’Ouest, notamment le Mali, le Maroc et le Niger ». L’un de ces trésors est l’Atlas catalan, réalisé en 1375, que l’on attribue au cartographe Cresques Abraham, et qui dépeint la vaste route de commerce traversant le Sahara. Son centre est illustré par le portrait de Mansa Moussa.

Mansa (ou roi) Moussa a régné de 1332 à 1337 sur le Mali, pays alors d’une grande richesse en ressources naturelles, notamment en or et en sel, prisés par l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient. Sous son règne, la prospérité et l’influence de son empire, englobant ce qui est aujourd’hui le Mali, le Sénégal, la Gambie, la Guinée, le Niger, le Tchad et la Mauritanie, se sont accrues. Malgré cette opulence, une grande partie du monde ignorait presque tout de lui, jusqu’à son pèlerinage à La Mecque. L’exposition raconte que pour ce périple religieux, il avait embarqué avec lui 60 000 hommes, sa cour royale, 8 000 courtisans, 12 000 esclaves et 100 chameaux, transportant chacun 150 kilos d’or. On dit que lors de son arrêt en Égypte, son or a tellement coulé à flots qu’il a dévalué la monnaie locale et provoqué une crise financière dont le pays a mis douze ans à sortir.

Les 10 hommes les plus riches du monde de tous les temps

Mansa Moussa (1280-1337, roi de l’empire malien) : richesse incalculable.

Auguste César (63 av. J.-C.-14, empereur romain) : 4,6 trillions de dollars.

Zhao Xu (1048-1085, empereur Shenzong de Song en Chine) : richesse incalculable.

Akbar I (1542-1605, empereur de la dynastie des Moghols de l’Inde) : richesse incalculable.

Andrew Carnegie (1835-1919, industriel écossais et américain) : 372 milliards de dollars.

John D. Rockefeller (1839-1937, magnat américain des affaires) : 341 milliards de dollars.

Nikolaï Alexandrovitch Romanov (1868-1918, tsar de Russie) : 300 milliards de dollars.

Mir Osman Ali Khan (1886-1967, prince indien) : 230 milliards de dollars.

Guillaume le Conquérant (1028-1087) : 229,5 milliards de dollars.

Mouammar Kadhafi (1942-2011, dirigeant de la Libye) : 200 milliards de dollars.

Sources : money.com, Celebrity Net Worth

(Bakolokongo avec Agences)