RDC: l’UDPS en tournée d’inspection des grands travaux de Tshisekedi à Kinshasa

RDC: l’UDPS en tournée d’inspection des grands travaux de Tshisekedi à Kinshasa

En République démocratique du Congo (RDC), le parti présidentiel, l’UDPS, a effectué le 6 février une tournée d’inspection des travaux-phares de Félix Tshisekedi qui peinent à être finalisés dans la capitale.

À Kinshasa, piétons et automobilistes sont victimes depuis environ un an des embouteillages monstres causés par des chantiers qui n’avancent pas. Plusieurs avis sont évoqués. Pour les constructeurs, la raison est financière. Mais pour les proches du chef de l’État, Félix Tshisekedi, il s’agirait d’une volonté de saboter et de salir l’image de celui qui a été surnommé « béton » par les Kinois après le lancement des grands travaux.

Face au président intérimaire et député du parti présidentiel Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Jean–Marc Kabund, ce chef de l’un des sept chantiers de « sauts-de-mouton » de Kinshasa, a été très direct ce 6 février. « Cela fait trois mois que les moyens ne suivent pas, a-t-il déclaré. Maintenant, on ne travaille pas avec la même vitesse ».

Par manque de moyens financiers, certains chantiers sont presque à l’arrêt, comme en face de l’ambassade de France. La majeure partie de l’aire de circulation est encombrée par des tôles bleues. Les embouteillages y sont monstrueux. Ce militant croit à la théorie du complot. « Tout cela fâche, déclare-t-il. Tout est boutiqué pour que la population puisse haïr le chef de l’État ».

« Constat de désolation »

Tony Mwaba et Jean-Leon Ntumba sont tous deux députés et membres de l’UDPS. « Rien n’y fait, estiment-ils. Le chef est mal accompagné. Où est parti l’argent qui a été financé pour ces travaux ? Tout est calculé de manière politique ».

« Sauts-de-mouton », travaux de voirie ou assainissement de la ville : face aux militants en fin d’inspection, Jean-Marc Kabund est exaspéré. « C’est un constat de désolation, déclare-t-il. Nous nous sommes rendu compte que le projet se réalisait à hauteur de 30%. Nous allons affronter le blocage. Aucune coalition,  aucun compromis politique ne sera au-dessus de l’intérêt de notre peuple ».

Si les militants affichent l’opposition avec le camp de Joseph Kabila, les hauts cadres du parti tempèrent et attendent que le parti se positionne le 15 février prochain, lors de la commémoration des 38 ans d’existence du mouvement politique.

(Avec Rfi)