Mort du général Delphin Kahimbi: le président Félix Tshisekedi évoque la thèse d’une mort par pendaison

Mort du général Delphin Kahimbi: le président Félix Tshisekedi évoque la thèse d’une mort par pendaison

À peine rentré au pays après son séjour aux États-Unis, le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, a remis sur la table l’affaire du décès du général Delphin Kahimbi. Il a évoqué la thèse de la mort par pendaison.

Le général-major Delphin Kahimbi, chef du renseignement militaire, avait été retrouvé mort, le 28 février, dans sa résidence, au lendemain de sa suspension des fonctions. Il faisait l’objet d’une enquête en rapport avec la sécurité du pays.

Selon Jolino Makelele, porte-parole du gouvernement, Félix Tshisekedi a évoqué cette probabilité, vendredi 6 mars, au Conseil hebdomadaire des ministres. Les éléments en possession du chef de l’Etat indiquent bien « qu’il s’agit d’une mort par pendaison », a déclaré Jolino Makelele. Néanmoins, là n’est pas encore la conclusion définitive de l’enquête qui, à la demande du président de la République lui-même, doit se terminer rapidement, afin de soulager la famille éplorée.

Que dire alors de l’autre version, la première et celle de crise cardiaque entendue le jour du drame ? Ce jour-là, répondant au cellulaire personnel du général Delphin Kahimbi, celle qui s’était présentée comme sa veuve, au nom de Brenda Kahimbi, avait répété cette version à plusieurs médias internationaux.

Une enquête indépendante

Le président Félix Tshisekedi indique, selon les termes du communiqué, « avoir diligenté une enquête indépendante, à l’initiative de la Monusco », sans plus de précision.

Le corps du général Delphin Kahimbi est à la disposition de la Justice militaire, a rassuré de son côté le porte-parole du gouvernement qui a déclaré que la police scientifique participe à l’enquête.

(Avec Rfi)