Mondial-2022: les Léopards de la RDC risquent une possible disqualification

Mondial-2022: les Léopards de la RDC risquent une possible disqualification

Éliminés respectivement par la RD Congo et le Ghana, le Bénin et l’Afrique du Sud ont annoncé lundi déposer des recours pour des irrégularités d’arbitrage. Pour avoir effectué une session de remplacement en trop lors du match contre le Bénin, la République Démocratique du Congo s’est mise en situation d’infraction vis à vis des lois du jeu. Alors que les Béninois pourraient déposer un recours auprès de la CAF et de la FIFA, une possible disqualification des Léopards est évoquée. Mais qu’en est-il dans les faits ? Sport News Africa s’est penché sur les textes et les précédents faits similaires.

La République Démocratique du Congo a validé dimanche son billet pour les barrages du Mondial 2022. Une mission accomplie non sans difficulté devant le Bénin (2-0), lors d’un match qui déchaîne les passions. En effet, depuis le coup de sifflet final, l’arbitrage est au centre des débats, notamment pour le penalty accordé à la RDC au bout de 10 minutes de jeu. Mais pas seulement. Un autre fait de jeu attire l’attention de nombreux fans béninois : le non respect d’un point du règlement par la RDC, au sujet des remplacements.

Quatre sessions de remplacement, au lieu de trois

Lors de la rencontre, le sélectionneur des Léopards, Hector Cuper a effectué cinq changements. D’abord, Kebano à la place de Kakuta à la mi-temps. Ensuite Kayembe à la place de Moutoussamy (63ème), suivi de Bakambu pour Bolasie (74ème), Muleka à la place de Mbokani (84ème) et enfin Kayamba à la place de Malango (90ème). Cinq remplacements, soit le maximum autorisé par le nouveau règlement de l’IFAB en raison du protocole Covid-19. Alors rien d’anormal jusque-là, dira-t-on. Sauf qu’ un petit détail vient changer le tout dans cette histoire.

En effet, d’après l’article 3 des Lois du jeu : « Chaque équipe aura au maximum cinq opportunités de procéder à des remplacements pendant le match ; en outre, ces remplacements pourront être effectués à la mi-temps.» Mais, avec ensuite une précision de taille : « Pour éviter de trop perturber le cours du match, chaque équipe aura au maximum trois opportunités de procéder à des remplacements pendant le match.» En somme, une équipe peut procéder à cinq remplacements, mais uniquement sur trois sessions (les changements à la mi-temps n’étant pas pris en compte). Ce que n’a pas respecté la RDC, avec le dernier remplacement effectué, synonyme de 4ème session.

Le Bénin et l’Afrique du Sud déposent une réclamation

La Fédération sud-africaine de football (Safa) a annoncé, lundi 15 novembre, vouloir saisir la fédération internationale (Fifa) et la Confédération africaine (CAF) pour contester l’arbitrage lors de sa défaite au Ghana (1-0), qui lui a coûté la qualification pour le Mondial-2022. Le Bénin veut faire de même pour une irrégularité survenue lors de sa défaite à Kinshasa.

Un penalty litigieux

Lors de la petite finale du groupe G des éliminatoires de la Coupe du monde, le gagnant du match entre le Ghana et l’Afrique du Sud décrochait le billet qualificatif pour le troisième tour de la zone Afrique. Or, la rencontre a basculé sur un penalty, accordé par l’arbitre sénégalais Maguette N’Diaye en première mi-temps pour une faute présumée du défenseur sud-africain Rushine De Reuck sur Daniel Amartey. Sur les ralentis, il semble que le joueur de Leicester City a plongé. L’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) n’était pas disponible pour ce match.  

« La fédération a décidé de déposer une plainte officielle afin que la Fifa et la CAF examinent de près la conduite des officiels du match », a déclaré Tebogo Motlanthe, directeur général de la Safa, sur Twitter. Il a ajouté qu’il tiendrait une conférence de presse ultérieurement pour donner plus de détails.

Le Ghana élimine l’Afrique du Sud sur un penalty scandaleux. Pourquoi je ne suis pas étonné ? #GHARSA

— Nabil Djellit (@Nabil_djellit) November 14, 2021

Un remplacement de trop pour la RD Congo ?

Du côté du groupe J, il s’agissait du même scénario. Un match au sommet entre la RD Congo et le Bénin dont le vainqueur prenait la tête de la poule et donc le billet pour le 3e tour. Là encore, c’est l’équipe locale qui s’est imposée, 2 à 0, cette fois.

Là encore, le score a été ouvert sur un penalty que les deux chroniqueurs sportifs, Nabil Djellit et Patrick Juillard, ont jugé plus que litigieux. Mais, contrairement aux Ghanéens, les Congolais sont parvenus à doubler la mise en seconde mi-temps.

2-0 pour RDC. C’est plié. Penalty bidon et huis clos pas respecté avec une tribune remplie et ambiancée par une fanfare. Only in Africa… #RDCBEN

— Nabil Djellit (@Nabil_djellit) November 14, 2021

Cependant, ce ne sont ni le penalty litigieux ni le huis-clos non respecté que souhaitent attaquer devant les instances les Béninois. Selon le journaliste algérien Walid Zani, le sélectionneur Hector Cuper aurait effectué ses changements sur quatre créneaux différents, contre trois comme le prévoit le règlement.

🚨 DR Congo beat Benin 2-0 to qualify to the playoffs BUT DR Congo made 4 substitutions at 4 different stoppages in the 2nd half. Benin have submitted a protest and DR Congo could very well be disqualified (teams are allowed to make up to 5 changes but only during 3 stoppages). pic.twitter.com/p1Ha68ePdT

— Walid Ziani (@bylka613_) November 14, 2021

Une erreur qui pourrait conduire à la disqualification des Léopards, si on se fie au précédent en Coupe d’Allemagne, où, pour la même erreur, Wolfsburg avait perdu son match sur tapis vert.

La Réponse de le FIFA

La FIFA a officiellement confirmé la réception d’une plainte déposée par la Fédération béninoise de football le 15 novembre après avoir perdu un match de qualification pour la Coupe du monde 2-0 contre la RDC. Les Congolais ont jusqu’au 20 novembre pour répondre.

Le Bénin a déposé une plainte auprès de la FIFA en évoquant des irrégularités au cours de la rencontre face à la RDC. Les Béninois ruminent toujours le pénalty polémique accordé aux Léopards. Dans une note publiée ce mercredi, la FIFA indique que l’affaire sera renvoyée à la commission de discipline le 23 novembre 2021 pour examen et décision.

Mais avant cela, la Fédération Congolaise de Football a jusqu’au 20 novembre pour répondre, avec documents à l’appui si possible.

La note de la FIFA aux deux fédérationsLa note de la FIFA aux deux fédérations