Maï-Ndombe: près de 15.000 enfants ont fui l’insécurité à Kwamouth

Maï-Ndombe: près de 15.000 enfants ont fui l’insécurité à Kwamouth

Selon la société civile locale, certains enfants non accompagnés sont arrivés dans la province voisine de Kwango. Elle plaide pour une assistance rapide du gouvernement.

Ces enfants fuient le conflit interethnique qui oppose les peuples Teke aux peuples Yaka à Kwamouth. La société civile de la province voisine du Kwango a enregistré 285 enfants qui ne retrouvent plus leurs parents. 

Ces enfants dépourvus de tout sont arrivés à Mongata depuis plusieurs jours. La société civile et les élus locaux plaident pour une assistance rapide du gouvernement de Kinshasa aux déplacés. Isidore Bolikala est président de la société civile de la province du Mai-Ndombe.

« Nous demandons l’assistance humanitaire auprès de tous ces déplacés, c’est-à-dire encadrer les enfants qui ne vont plus à l’école, les accompagner afin qu’ils retrouvent leur vie et la paix. Le gouvernement doit tout faire pour chercher où se trouvent leurs parents, puis remettre de l’ordre dans cette partie du pays », a-t-il dit.

 »Il y a de serieux problèmes »

Dans la seule province du Kwango, la société civile locale a recensé plus de 18.000 déplacés en provenance de Kwamouth. Le ministre des Affaires sociales et actions humanitaires, qui revient d’une mission d’évaluation dans la zone, indique que le gouvernement s’emploie à résoudre le problème sécuritaire afin de permettre aux déplacés de regagner leurs villages. Modeste Mutinga estime ainsi à 15.000 le nombre de déplacés et il affirme que le gouvernement essaye de trouver progressivement une solution. 

« La population s’était réfugiée dans la forêt. Ils commencent à sortir au fur et à mesure mais il y a de sérieux problèmes de santé, des problèmes d’alimentation et des problèmes d’hébergement. Nous sommes en train, au niveau du gouvernement, de nous battre pour réunir tous ces moyens et pouvoir répondre à cette demande pressante », a dit Mutinga.

La rentrée scolaire perturbée 

Pour sa part, l’Unicef estime aussi que 15.000 enfants ont fui la zone de Kwamouth et ses environs. Damien Ndahanwa, chef de bureau Unicef zone ouest, confirme que la rentrée scolaire a été perturbée à Kwamouth à cause du conflit.

« Nous sommes intéressés par cette question parce que ça concerne les enfants. Dans cette situation nous nous sommes en train de faire une évaluation pour voir dans quelle mesure appuyer les enfants qui ont quitté l’école, qui n’ont pas pu revenir à l’école. »

Le territoire de Kwamouth est en proie à un conflit entre les communautés Teke et Yaka. Selon des sources locales, au moins trente personnes ont été tuées dans la nuit de lundi à mardi et des dizaines de maisons ont été incendiées.

DW

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.