Union Sacrée: l’atterrissage de Lambert Membe, le chantre de la Kabilie, passe très mal en RDC

Union Sacrée: l’atterrissage de Lambert Membe, le chantre de la Kabilie, passe très mal en RDC

Lambert Mende, jadis fidèle de Joseph Kabila, a décidé de rejoindre l’Union sacrée de Félix Tshisekedi. Un retournement spectaculaire que le patron de la Convention des congolais unis (CCU), député du Sankuru, justifie dans un entretien qu’il a accordé mardi 12 janvier à Jeune Afrique. Mais l’atterrissage spectaculaire du chantre de la Kabilie passe très mal en République démocratique du Congo.

Le passage, avec armes et bagages, du porte-voix des kabilistes, Lambert Mende, à l’Union sacrée de Félix Tshisekedi, apparaît à certains comme le dernier clou du cercueil de Joseph Kabila, abandonné par les « siens » depuis le renversement du bureau de l’Assemblée nationale dirigé par Jeanine Mabunda, il y a un mois. Comme des poules suivant la personne qui leur jette des grains de maïs, et non leur maîtresse, la majorité kabiliste, depuis quelques semaines, fait, en effet, des pieds et des mains pour avoir une place dans le poulailler du président Félix Tshisekedi.

Lambert Mende (gauche) reçu par Felix Tshisekedi mercredi 6 janvier 2021 au Palais de la nation, en présence de son collaborateur Thierry Monsenepwo. Ph. Présidence RDC

Pendant une décennie, Lambert Mende aura été le visage et la voix de l’aile dure du camp de Joseph Kabila, lorsque celui-ci était au pouvoir. Omniprésent et toujours prompt à défendre la ligne officielle, envers et contre tous. Mais deux ans après l’élection de Félix Tshisekedi, l’ex-ministre de la Communication et porte-parole des derniers gouvernements de son prédécesseur a finalement décidé de rejoindre officiellement l’Union sacrée.

Du strict point de vue de l’éleveur, cependant, l’arrivée de Mende n’est pas une grande acquisition. Au lieu d’un vrai et beau poulet ou d’une poule pondeuse, en effet, c’est une stérile girouette – plaque de métal en forme de coq qui ne sert qu’à tourner au gré du vent pour en indiquer la direction – qui s’est réfugiée dans ce nouveau poulailler. Lambert Mende a, en effet, été mobutiste (1976), lumumbiste (1981), allié de l’UDPS (1986), ministre d’Etienne Tshisekedi (1993), ministre de Kengo (1996), tenta de se rallier à Laurent Kabila (1997) qui le rejeta, passa au RCD-Goma (1998) puis au RCD-K (2002), avant de devenir longuement kabiliste (2006) et, aujourd’hui, de se redécouvrir soudain tshisekediste.
Aussi se dit-on que le ralliement de Lambert Mende à l’Union sacrée est surtout le dernier clou dans le cercueil des rêves de l’UDPS, parti historique des Tshisekedi. Le président Félix a en effet accueilli dans ses rangs, ces quatre dernières semaines, le ban et l’arrière-ban de ce que les Burundais nomment avec esprit « les ventriotes ». Comprendre: les patriotes du ventre.

Comment espérer « bâtir un Congo plus beau qu’avant » avec ces voraces, qui pensent à « bouffer » depuis le moment où ils ouvrent l’oeil le matin jusqu’à ce qu’ils se couchent et en rêvent encore la nuit? Comment les militants UDPS qui ont serré les dents pour un idéal depuis des années accepteront-ils encore de se voir dépassés en nombre par les ex-kabilistes autour de la table du festin? Jusqu’ici, l’alliance Kabila/Tshisekedi octroyait aux affidés du premier un accès privilégié aux plats; réserver dorénavant le premier service aux tshisekedistes de la première heure modifiera-t-il le fonctionnement de la cuisine congolaise, qui demeure obstinément fermée à l’écrasante majorité des Congolais?

Avec tant de kabilistes dans l’Union sacrée, celle-ci ne devient-elle pas « la kabilie » avec une autre tête – celle de Tshisekedi?

(Avec Agences)