RDC : plus d’un enfant sur quatre ne fréquente pas l’école, selon l’Unicef

Elèves de Collège Boboto à Kinshasa, lors d'un séminaire sur la CPI.Dans un rapport rendu public vendredi 1er mars, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) indique qu’en RDC plus d’un enfant sur quatre ne fréquente pas l’école, soit 7,4 millions d’enfants en âge de scolarité (entre 5 et 17 ans). Le rapport a été validé par le ministère congolais de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP).

Parmi ces enfants, près de la moitié sont en âge de fréquenter l’école primaire, et l’autre moitié ne commence pas l’école à six ans.

Pour l’Unicef, l’entrée tardive des enfants à l’école est liée, notamment, à l’éloignement des écoles par rapport à certaines localités, l’insécurité qui sévit dans leurs milieux et le coût élevé de la scolarisation.

Le rapport indique que ces enfants, qui entrent tardivement à l’école, sont plus exposés à l’échec scolaire ou à des résultats médiocres.
La majorité de ces enfants, soit 3,9 millions (53%) sont des filles, l’écart par rapport au nombre de garçons étant encore plus important au secondaire qu’au primaire.

Le rapport de l’Unicef note également que le nombre d’enfants en dehors du système scolaire en milieu rural est trois fois plus élevé qu’en milieu urbain.
Le document souligne en outre que la province du Katanga compte le plus grand nombre d’enfants en dehors de l’école, soit plus de 1,3 million.

Pour l’Unicef, les chiffres présentés dans son rapport s’expliquent notamment par l’insuffisance de financement du secteur éducatif, la faible capacité d’accueil des écoles, les faibles revenus et le faible niveau d’instruction des parents, le mariage précoce des filles ainsi que le travail des enfants, notamment dans les secteurs agricole et minier.

«Cette étude est un point de départ pour d’autres réflexions et des recherches plus approfondies dans différents domaines, que les parties prenantes devraient poursuivre, afin de s’assurer que tous les enfants de la RDC, riches ou pauvres, de Kinshasa ou du Nord-Kivu, garçons ou filles, avec ou sans handicap, bénéficient de l’accès à une éduction de qualité».

Barbara Bentein, représentante de l’Unicef.

De son côté, le ministre de l’EPSP, Maker Mwangu, qui participait à l’atelier de présentation de ce rapport, a annoncé que, en plus des fonds mobilisés par les partenaires techniques et financiers, le Gouvernement de la RDC consacrerait 40 millions de dollars dans la construction d’écoles.

L’étude présentée dans cet atelier a été conduite par l’Institut supérieur des sciences de la population de l’Université de Ouagadougou (ISSP/UO), pour le compte du ministère de l’EPSP, avec les appuis technique et financier de l’Unicef et du Département britannique pour le Développement International (DFID), ainsi que l’appui scientifique de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

Radiookapi.net