RDC: plus de 40 civils tués dans une attaque menée par des miliciens contre un site de déplacés

RDC: plus de 40 civils tués dans une attaque menée par des miliciens contre un site de déplacés

Au moins 40 personnes ont été tuées au cours d’une attaque menée par des miliciens dans la nuit de dimanche à lundi, contre une localité de la province de l’Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), ont indiqué les autorités. Dans la province de l’Ituri, la Codeco accusée.

L’attaque meurtrière des milices de la coopérative pour le développement du Congo (Codeco) a ciblé le site des déplacés de Lala, dans le territoire de Djugu.

« Nous avons recueilli 41 corps sans vie, certains décapités, d’autres brûlés », a déclaré Jason Dzeba, un représentant de la Croix-Rouge, joint par Anadolu.

Faute des conditions médicales minimales appropriées dans l’agglomération, « les corps seront enterrés ce lundi », a ajouté la même source.

« Cette attaque revêt un caractère brutal difficile à relater. Une quarantaine de civils, tous des déplacés, ont été, les uns fusillés ou décapités, les autres enfermés dans leurs huttes et brûlés vifs », a déclaré à Anadolu, Richard Kondo, responsable de la chefferie de Bahema Badjere, dont relève la localité de Lala.

Le site compte plus de 20 000 déplacés. Il se situe à 7 kilomètres de Plaine SAVO où les miliciens Codeco sont accusés d’avoir mené des attaques extrêmement meurtrières l’an dernier en début d’année.

« Les miliciens ont calmement massacré les déplacés dans le dit site de déplacés depuis 2h00 du matin jusqu’à 6h00 sans la moindre intervention des Casques bleus de la Monusco, dont la base se situe à 3 kilomètres. L’armée congolaise dispose d’une base à 1 Kilomètre de Lala », a déclaré John Kabwa, notable local joint par Anadolu.

Pour rappel, aux termes de 5 jours de visite en RDC, la semaine dernière, le secrétaire général adjoint des Nations unies en charge des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a jugé « crucial » le maintien des Casques bleus dans l’Ituri où l’armée a dégarni de nombreuses positions pour se concentrer sur les combats contre les rebelles du M23 (mouvement du 23 Mars) accusé d’être soutenu par le Rwanda dans la province du Nord – Kivu voisine.

Le groupe armé de la Coopérative de développement du Congo (Codeco) est né dans la fièvre de la résurgence des tensions interethniques en Ituri depuis 2017.

La milice prétend défendre la communauté Lendu face aux milices d’autodéfense d’autres ethnies dont les Hema et les Alur.

Leurs victimes se comptent par dizaines chaque mois depuis janvier, soit des milliers depuis 2017, selon la société civile.

L’activisme des groupes armés et le seuil de leurs victimes contraste avec le statut de la province de l’Ituri placée sous état de siège depuis Mai 2021 et gouvernée entièrement par l’armée et la police en remplacement des autorités politico-civiles.

(AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa)