Nord-Kivu : plusieurs obus tombés sur la ville de Goma, 4 morts et une dizaine de blessés

Loin de la ligne de front, plusieurs obus sont tombés, le 22 août, dans la ville de Goma. Les tirs ont fait 4 morts et une dizaine de blessés, selon le lieutenant colonel Prosper Basse, porte-parole militaire des Nations unies. Le nouveau chef de la Monusco, Martin Kobler, a demandé aux Casques bleus de « prendre les mesures nécessaires pour protéger les civils et empêcher l’avancée des rebelles du M23 », Mouvement du 23-Mars.goma

Mis à jour le 23/08 à 12h40

« La panique était générale lorsque de fortes détonations ont commencé à s’entendre au quartier commercial Birere, en plein centre-ville de Goma », témoigne Ley Uwera, journaliste-reporter sur place. Le 22 août, entre midi et 13 heures, des premiers obus sont tombés sur la capitale du Nord-Kivu.

Les tirs d’artillerie ont fait 4 morts et une dizaine de blessés a annoncé, vendredi, le lieutenant colonel Prosper Basse, porte-parole militaire des Nations unies.

Une source onusienne a rapporté, jeudi soir, qu’au total « 11 obus » sont tombés en deux temps et ont touché les quartiers « Katindo, Murara, Muzenze et le nord de l’aéroport ». C’est « à Muzenze qu’il y a eu les morts », a-t-elle précisé, ajoutant également qu’une « femme et un enfant ont été tués et 17 personnes ont été blessées ».

>> Lire aussi : la Monusco « en appui » des FARDC contre le M23 à Kibati, près de Goma

Derrière le campus universitaire où un obus a heurté la maison d’un personnel de la Mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco), on a dénombré aucune victime humaine. Seul présent au moment du tir : Norbert, le gardien, traumatisé, qui peine à parler. Prostré dans sa guérite, il raconte : « J’étais juste devant la voiture (UN) quand l’obus est tombé… Je suis tombé à terre. »

« Empêcher toute avancée du M23 »

La Monusco qui avait tracé, début août, une ligne rouge à ne pas franchir entre Goma et Sake, considère que « les zones peuplées et les positions des troupes de l’ONU ont été directement visées et touchées par des tirs au mortier indiscriminés ». Son nouveau chef, Martin Kobler, a donné « l’ordre » aux Casques bleus « de réagir et de prendre les mesures nécessaires pour protéger les civils et empêcher toute avancée du M23. »

AFP