Le Rwanda annonce avoir tué un soldat congolais et arrêté deux autres à la frontière

Le Rwanda annonce avoir tué un soldat congolais et arrêté deux autres à la frontière

L’armée rwandaise a annoncé mardi avoir tué un soldat congolais et arrêté deux autres qui ont selon elle franchi la frontière entre les deux pays, dont les relations sont tendues, et ouvert le feu. Une source sécuritaire congolaise a confirmé ce bilan à l’AFP, tout en précisant «ne pas savoir s’il s’agit de wazalendo (milices dites patriotes, ndlr) ou de FARDC», selon les Forces armées de la République démocratique du Congo.

Les trois Congolais sont entrés au Rwanda mardi vers 1h10 du matin (23h10 GMT) depuis les environs de Goma, principale ville de l’est de la République démocratique du Congo, affirme l’armée rwandaise dans un communiqué. Un «soldat a été abattu alors qu’il tirait sur les patrouilles», a-t-elle ajouté, précisant ne déplorer aucun blessé de son côté. «Les membres des FARDC avaient en leur possession un fusil AK-47, quatre chargeurs de 105 cartouches, un gilet de protection et des sachets de cannabis», a ajouté Kigali.

L’est de la RDC, à la frontière avec le Rwanda, est le théâtre d’affrontements armés, qui opposent l’armée congolaise, en coalition avec des milices locales et des sociétés militaires privées étrangères, aux rebelles du M23 appuyés par l’armée rwandaise. Après avoir repris les armes fin 2021 et mis en déroute l’armée congolaise, la rébellion s’est emparée de larges pans des territoires de Rutshuru et de Masisi, dans le sud du Nord-Kivu, renforçant les tensions entre les deux pays.

(Avec Afp)