France: Heurts après la manifestation pour Gaza à Paris

-Des milliers de personnes ont bravé l’interdiction de la préfecture de Paris et ont participé samedi à un rassemblement en soutien aux habitants de Gaza. Comme à Paris et Sarcelles le week-end dernier, des incidents ont eu lieu à la fin de la manifestation entre des jeunes et la police. Des projectiles ont été lancés. Les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes. Une cinquantaine de personnes ont été interpellées, selon la police.

Plusieurs manifestations en soutien aux Palestiniens de Gaza se sont déroulées ce week-end dans le monde, tout comme la semaine dernière. En France, des défilés ont eu lieu à Lyon, Lille, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne. Au total, quelques milliers de personnes ont marché dans le calme pour dénoncer une agression israélienne.

A Paris, la manifestation interdite a bien eu lieu malgré les appels des autorités.

Le Conseil d’Etat avait confirmé l’interdiction de la manifestation prévue dans la capitale entre les places de la République et de la Nation une heure et demie avant l’heure prévue pour le début du défilé, à 15h00. Des milliers de personnes se sont donc rendues Place de la République et ont participé au rassemblement, qui a dégénéré en heurts entre des jeunes et la police.

Selon le ministère de l’Intérieur, quelque 2 000 policiers et gendarmes mobiles ont été mobilisés pour empêcher les manifestants de défiler et prévenir des débordements

Une cinquantaine d’interpellations dont 20 placements en garde à vue après des jets de canettes, selon la police.

De leur côté, les ONG Amnesty international et Human Rights Watch se sont dites inquiètes des restrictions à la « liberté de réunion ».

Quelque 10 000 manifestants, selon la police, ont défilé samedi à Londres pour demander « la fin du massacre à Gaza » où l’offensive israélienne déclenchée le 8 juillet contre les tirs de roquettes du Hamas a déjà dépassé le seuil des 1 000 Palestiniens tués. Aucun incident n’a été signalé.

Un millier de manifestants pro-Gaza à Berlin, peu d’accroc

gaza-berlinLa police allemande a surveillé de près les manifestants pro-Gaza , à Berlin, ce vendredi, le 25 juillet, jour du rassemblement annuel en Allemagne contre l’occupation de Jérusalem par les Israéliens.

La manifestation palestinienne pro-Gaza de ce vendredi, à Berlin, a rassemblé plus de 1000 personnes. Malgré une forte tension, les excès verbaux craints n’ont pas eu lieu et les échauffourées avec les contre-manifestants protestant contre l’antisémitisme sont restées avant tout verbales.

« Libérez la Palestine ! Israël nous attaque ! L’Allemagne finance ! Les médias allemands mentent ! Ne vous laissez pas tromper ! » Environ 1 200 personnes ont défilé dans Berlin hier, sur la grande artère commerciale du Kurfürstendamm. Drapeaux palestiniens en nombre, affiches anti-sionistes, attaques contre les Israéliens accusés par les manifestants d’être « fascistes, racistes et tueurs d’enfants ».

Pas de dérapages antisémites

Les dérapages antisémites auxquels on avait pu assister ces derniers jours étaient absents. La police avait été très stricte. L’organisateur de la manifestation a également sermonné les participants : « Pas de slogan contre les juifs, mais seulement contre les sionistes. Ils utiliseraient tout de suite ces slogans racistes contre nous. Nous devons être heureux : nous avons ici plus de liberté que dans les pays arabes. »

Deux contre-manifestations ont rassemblé à Berlin environ 600 personnes hostiles à l’antisémitisme, un tabou dans l’Allemagne de l’après-guerre et contre lequel de nombreuses personnalités et beaucoup de médias se sont élevés ces derniers jours.

Manifestation de soutien aux Palestiniens en Iran

gaza-iranManifestation de soutien aux Palestiniens. Téhéran, le 25 juillet 2014.AFP Photo/Behrouz Mehri

Des centaines de milliers d’Iraniens ont manifesté vendredi 25 juillet dans plus de sept cents villes du pays, notamment à Téhéran, en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, les appelant à poursuivre leur lutte. Des manifestations qui ont lieu chaque année, à l’occasion du dernier vendredi du mois de ramadan, décrété comme la journée Al-Qods, en soutien aux Palestiniens et contre Israël. Mais cette année, ces rassemblements ont pris une ampleur inégalée à cause de l’offensive israélienne contre Gaza, qui a fait plus de 800 morts en dix-huit jours, dont de nombreux enfants.

« Musulman lève toi, ton frère a été tué », « Mort à Israël », « Mort à l’Amérique ».Tels sont les slogans lancés par des centaines de milliers de Téhéranais venus manifester ce vendredi 25 juillet, sous un soleil de plomb, leur soutien aux Palestiniens et crier leur haine à l’égard d’Israël.

Les images d’enfants palestiniens tués dans les bombardements israéliens, largement diffusées par la télévision d’Etat, ont choqué de nombreux Iraniens. C’est le cas de Hassan, un jeune Iranien venu crier sa colère. « Mon message aux Palestiniens est, dit-il, qu’ils résistent jusqu’à la dernière goutte de leur sang et les pays islamiques, en particulier l’Iran, sont derrière eux et les aideront autant qu’ils le pourront ».

Soutien des islamistes palestiniens contre l’Etat hébreu

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, soutient les groupes islamistes palestiniens, notamment le Hamas et le Jihad islamique. Téhéran a même reconnu avoir fourni aux combattants palestiniens la technologie pour la fabrication de missiles Fajr-5, d’une portée de 80 kilomètres, qui sont utilisés par les combattants palestiniens pour attaquer Tel Aviv et Jérusalem.

Mercredi, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a demandé aux Palestiniens de continuer la lutte armée et de l’étendre à la Cisjordanie, la seule façon, selon lui, de combattre Israël.

RFI