CAN 2024: Victoire de la RDCongo contre l’Égypte aux tirs au but (8-7)

CAN 2024: Victoire de la RDCongo contre l’Égypte aux tirs au but (8-7)

Les Léopards de la République démocratique du Congo (RDC) ont éliminé les Pharaons d’Égypte dimanche soir en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations (1-1, 7-8 t.a.b.) après des tirs au but qui ont vu le gardien Lionel Mpasi supplanter le spécialiste égyptien Gabaski dans le rôle du héros…(1-1, 7-8 t.a.b.). Ils retrouveront la Guinée en quarts de finale.

Finaliste des trois dernières éditions, l’Égypte ne verra pas les quarts de finale de l’édition 2024. Trop maladroite dans le dernier geste, réduite à 10 en prolongation, elle s’est piteusement inclinée aux tirs au but (8-7) dimanche face à la République démocratique du Congo. Le gardien de Rodez (2e division française) Lionel Mpasi a transformé le dernier tir au but après l’échec de l’autre portier, Mohamed Abou Gabal «Gabaski», après des buts de Meschack Elia (37) pour la RDC et Mostafa Mohamed (45+1 s.p.) pour l’Égypte.

Que la bataille fut longue et douloureuse pour cette Égypte, privée de son patron, Mohamed Salah, blessé, rentré se soigner à Liverpool. Les Pharaons, recordmen de titres dans la compétition, ont fini par chuter contre la République démocratique du Congo au terme d’une interminable séance de tirs au but (8-7), dimanche 28 janvier, en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations. Ce sont donc les hommes d’Abongile Tom qui défieront la Guinée au prochain tour. Un peu plus tôt, cette dernière avait disposé de la Guinée équatoriale (1-0).

Congolais et Guinéens rejoignent ainsi l’Angola et le Nigeria, premiers qualifiés pour les quarts.

La RDCongo au bout du suspense

Comme l’on pouvait s’y attendre, il n’y a pas eu d’étincelles entre deux équipes en panne de confiance, qualifiées pour la phase à élimination directe sans remporter le moindre succès. Sans son magicien, Mo Salah, l’Égypte a longtemps manqué d’inspiration et de justesse pour valider sa domination territoriale, avant de souffrir contre des Congolais particulièrement valeureux.

Les Pharaons, bien aidés par un pressing haut et une qualité technique leur permettant d’enchaîner de longues phases de conservation dans le camp adverse, avaient parfaitement démarré la rencontre. Mais c’est bien la RDC, sur une touche rapidement jouée par Arthur Masuaku, qui prenait le score grâce au flair de Meschack Elia (37e). Mostafa Mohamed y répondait juste avant la pause sur pénalty (45e+1) et relançait les siens.

Match interminable…

Probablement vexés, les Léopards reviennent des vestiaires déterminés, mais la tentative de Bakambu frôle le poteau (53e). À l’heure de jeu, ce sont les Pharaons qui reprennent le dessus, mais Mpasi sauve les siens face à Zizo (61e), puis rassure encore devant Attia (64e).

Au retour des vestiaires, le rapport de force s’est équilibré, puis inversé, tandis que la tension dans les duels et les invectives envers le corps arbitral montaient d’un cran (en témoignent les sept cartons distribués après la pause, dont un rouge contre l’Égyptien Hamdi). Coutumière des succès sans briller tout en décrochant la victoire au bout, l’Égypte est cette fois tombée dans le piège, son gardien de but ratant son tir au but au contraire de son homologue Mpasi.

La fin de match devient plus brouillonne, et les changements n’y changent rien. Les joueurs semblent se diriger lentement mais sûrement vers la prolongation. Les Égyptiens tente de refaire le même coup qu’en première période, ça ne marche pas. Hamada ne parvient pas à reprendre le centre de Zizo (85e), et Mpasi boxe avec autorité l’ultime corner du temps réglementaire (90e+5).

…et suspense insoutenable

Dès le début de la prolongation, Hamdy écope d’un carton jaune pour une intervention très en retard sur Banza (96e). C’est le second, et l’Égypte doit finir la rencontre en infériorité numérique. La RD Congo pense alors tenir sa chance et multiplie les offensives dans le camp égyptien. Mais les Pharaons, eux, jouent « à l’expérience » : Gabalski, après une sortie manquée, reste de longues minutes au sol, Marmoush fait des roulades après un contact viril mais correct… Tout est bon pour étirer le match jusqu’aux tirs au but.

Et à ce petit jeu, c’est la RD Congo qui s’en sort, au bout d’une séance interminable, qui a vu neufs tireurs s’élancer de chaque côté. Le Congolais Mpasi remporte ce duel à distance des gardiens, quand Gabaski voit son tir rebondir sur la transversale. Au courage, les Léopards valident leur billet pour les quarts de finale, où ils rencontreront samedi la Guinée.

Bayo délivre la Guinée

La Guinée équatoriale et la Guinée ne s’étaient jamais affrontées à la CAN. Ce duel inédit, longtemps âpre et marqué par un faux rythme, promettait de s’étirer en prolongation. Une sacrée performance pour des Équatoguinéens réduits à 10 dès la 55e minute, et qui avaient manqué l’occasion d’ouvrir le score sur pénalty (Nsue, 68e). Mohamed Bayo a mis fin à leurs espoirs d’une superbe tête croisée à la dernière seconde du temps additionnel (90e+8).

Avec ce but, l’attaquant du Losc, prêté au Havre, mettait un point final cruel à l’épopée de la Guinée équatoriale. Il permet surtout à son pays de se hisser en quarts de finale de la compétition pour la première fois depuis 2015.

(Avec Agences)