RDCongo: Martin Fayulu appelle Katumbi et Bemba à démissionner de Lamuka

RDCongo: Martin Fayulu appelle Katumbi et Bemba à démissionner de Lamuka

Dans un communiqué daté du 27 janvier, le coordonnateur de Lamuka, Martin Fayulu – présumé vainqueur des élections de décembre 2018, floué par l’accord de coalition entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi – met en demeure ses partenaires Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba de quitter Lamuka. En cause: les négociations qu’ils ont tenues avec le président Félix Tshisekedi.

Martin Fayulu est coordonnateur de la coalition Lamuka depuis le 12 octobre dernier. Selon son communiqué, il a convoqué ses collègues du présidium les 16 et 24 octobre, puis encore le 16 janvier; à chaque fois, seul Adolphe Muzito s’est présenté. En l’absence de MM. Katumbi et Bemba, il n’y avait donc pas le quorum.

Les 4 et 7 novembre, poursuit Martin Fayulu, les deux hommes ont rencontré Félix Tshisekedi, montrant ainsi, à ses yeux, « le peu d’intérêt qu’ils accordent désormais à la coalition Lamuka ». Par leurs absences aux réunions, en outre, ils « paralysent » le bon fonctionnaement de la coalition, alors que l’article 2 de la convention créant Lamuka prévoit que son « objectif fondamental » est de « travailler conjointement et solidairement ».

Katumbi et Bemba ont en outre signé une déclaration, le 30 juillet 2019, poursuit le communiqué, selon laquelle « Lamuka affirme sa victoire aux élections du 30 décembre 2018 et continue à dénoncer la fabrication des résultats tels qu’annoncés par la Ceni et entérinés par la Cour constitutionnelle ».

Pour Martin Fayulu, il est « de notoriété publique » que Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi « se sont activement investis et engagés dans la création de l’Union sacrée » de Félix Tshisekedi. Comme on ne peut « appartenir à la fois à deux organisations politiques aux visions différentes » et que les deux absents « se sont écartés de l’objectif fondamental et de la vision de Lamuka, ils doivent tirer les conséquences qui s’imposent », conclut le communiqué.

Lire le communiqué en entier cliquez ici!

(La Libre Afrique)