RDC-RCA : Joseph Kabila a dépêché la garde présidentielle à Bangui pour protéger le régime du président Bozizé!

francois bozizeLa rébellion Séléka qui menace de renverser le régime du président François Bozizé en Centrafrique, affirme que la RDC aurait envoyé 300 soldats de la garde présidentielle à Bangui. La rébellion centrafricaine demande aux troupes congolaises de « ne pas rentrer dans le conflit« . Ces troupes interviendraient dans le cadre de la force multinationale d’Afrique centrale (FOMAC) et seraient stationnées au camp Beya de Bangui.

Le président Joseph Kabila va-t-il prêter main forte à François Bozizé, menacé par une rébellion en Centrafrique ? C’est ce que croit savoir la coalition Séléka qui a repris les armes depuis le 10 décembre et progresse dangereusement vers Bangui. La rébellion affirme à Afrikarabia que « 300 éléments de la garde présidentielle de République démocratique du Congo (RDC) ont été dépêchés à Bangui, via la Zongo« . Les soldats congolais auraient été accueillis par un bataillon d’infanterie amphibie et installés au camp Beya, le quartier général de l’armée centrafricaine. Selon la Séléka, ces militaires interviendraient dans le cadre de la force multinationale d’Afrique centrale (FOMAC) et pourraient être rejoints par d’autres pays, comme le Gabon. Les rebelles demandent aux troupes de la FOMAC de « rester neutre, de ne pas rentrer dans le conflit » et de « protéger la population des exactions de Bozizé« .

A l’heure où les rebelles de la Séléka affirment se tenir « à moins de 30 km » de la capitale centrafricaine, l’envoi des troupes congolaises, si minces soient-elles, confirme l’isolement diplomatique du président Bozizé. Le Tchad, son plus fidèle allié, semble faire « le service minimum« . Les troupes d’Idriss Déby, se sont prépositionnées dans le Nord et le Centre du pays, mais n’ont jamais constitué un obstacle pour l’avancée des rebelles. La coalition affirme « contourner » les forces tchadiennes, sans affrontement. La France et les Etats-unis, n’ont pas donné suite aux demandes d’assistance du président Bozizé, se contentant d’évacuer ou de protéger leurs ressortissants.

Côté congolais, rien n’a filtré sur la présence de troupes congolaises à Bangui. Deux questions restent pour le moment sans réponse : le parlement congolais est-il au courant de l’envoi de ces soldats ? et pourquoi le président Kabila dépêche-t-il des troupes en Centrafrique alors que sa propre armée peine à venir à bout des rebelles du M23 à l’Est de la RDC ?

Kinshasa dément: La présence des troupes de la RDC en Centrafrique n’a pas de lien avec le conflit, dit Kinshasa (Xinhuanet 28/12/2012)

La présence des troupes de la RDC en République centrafricaine n’a pas de lien avec le conflit dans ce pays, a indiqué jeudi le ministre congolais des Médias et le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende.

Le ministre congolais a fait cette déclaration en réaction aux accusations de la rébellion centrafricaine selon laquelle la RDC aurait envoyé des troupes en République centrafricaine pour soutenir le régime du président François Bozize.

« Les troupes congolaises sont à Bangui depuis près de trois ans dans le cadre de la force multinationale d’Afrique centrale (FOMAC) « , a rappelé le ministre Mende.

Le ministre Mende a ajouté que la RDC subit déjà les conséquences de la crise centrafricaine en accueillant près de 4. 000 réfugiés centrafricains, à Zongo, dans le district du Sud- Ubangi, province de l’Equateur.

« Nous sommes déjà très préoccupés pour apporter assistance à ces populations qui fuient les hostilités dans leur pays », a-t-il affirmé.

La rébellion centrafricaine Séléka, qui menace de renverser le régime de Bozize, a accusé Kinshasa d’avoir envoyé des soldats à Bangui, via Zongo, dans le cadre de la FOMAC, pour soutenir le président Bozize.

Selon la rébellion centrafricaine, des soldats congolais auraient été installés au camp Beya, le quartier général de l’armée centrafricaine, et pourraient être rejoints par les militaires d’autres pays.

Christophe RIGAUD – Afrikarabia/Xinhuanet