RDC: le pape Benoît XVI appelle au dialogue et à la réconciliation

Le pape Benoît XVI a lancé un appel pressant au dialogue et à la réconciliation entre les parties en conflit dans l’est de la République démocratique du Congo.

« Je renouvelle mon appel au dialogue et à la réconciliation », a dit le souverain pontife au Vatican, lors de l’audience générale hebdomadaire, soulignant le sort tragique de milliers d’habitants de la région du Kivu « contraints d’abandonner leurs maisons » ou qui sont « privés des biens de première nécessité », après des « mois d’affrontements armés et de violences ».

« Je demande à la communauté internationale de subvenir aux besoins de la population », a-t-il ajouté.

L’Eglise catholique est très mobilisée pour aider les populations civiles dans cette région d’Afrique de l’est qui a vécu un conflit oublié, faisant plusieurs millions de morts, ainsi que des viols collectifs de femmes.

L’Eglise a dénoncé sans cesse les appétits économiques dans cette zone riche en minerais, en soulignant que les rebelles sont encouragés dans leurs actions armées, pour permettre, à la faveur de l’anarchie, l’exploitation économique de la région par des étrangers.

Négociations à Kampala

L’appel du pape intervient alors que des négociations se préparent à Kampala en Ouganda entre le gouvernement congolais et les rebelles du M23.

Des représentants du M23 se rendront à Kampala jeudi au plus tot, selon Jean-Marie Runiga, chef politique du M23.

Il dit esperer que en revanche que le président de la RDC, Joseph Kabila, participera aux négociations.

« Je l’ai déjà rencontré à Kampala, » a glissé à Jean- Marie Runiga à l’AFP, en référence à une entrevue à la fin d’un sommet des pays des Grands Lacs organisé après la prise de Goma le 20 novembre.

« Le mieux serait que lui-même soit là et qu’il s’engage », a-t-il ajouté.

Mais l’exercice est difficile pour le chef de l’Etat, affaibli, et dont l’image, estiment les observateurs, serait encore écornée par un face à face avec les rebelles.

Le cadre des négociations reste encore à préciser, de même que leur contenu.

(BBC Afrique 06/12/2012)