RDC: le MCR, parti de Pierre Lumbi, suspend sa participation à la Majorité présidentielle

Condamnation du député Muhindo

Procès politique, parodie de justice, rocambolesque affaire, dérive totalitaire, déshonneur des institutions, … les mots résument le dépit du Mouvement social pour le renouveau, MSR. Ce réquisitoire sévère, la deuxième force de la Majorité présidentielle (MP), après le PPRD, l’a prononcé au lendemain de la condamnation à 3 ans de prison ferme du député Muhindo Nzangi Butondo, élu de Goma au Nord-Kivu.MCR

Au préalable, le parti de Pierre Lumbi a réaffirmé son attachement au chef de l’Etat Joseph Kabila. « Le MSR rappelle sa pleine adhésion à la vision du chef de l’Etat pour ce pays et son exemplaire loyauté envers sa personne. Le MSR a toujours assumé avec constance et responsabilité son appartenance à la Majorité présidentielle et ses engagements dans les institutions de la République.

A cet effet, il attend être considéré à sa juste valeur ». Dans une déclaration musclée rendue publique le mardi 13 août 2013, la deuxième force de la MP tient à obtenir la levée de la sanction qui vient d’être infligée à l’encontre de cet élu MSR de Goma.

Toutes les sources sur place sont formelles, la popularité du député Muhindo Nzangi Butondo et sa proximité avec les populations du Nord-Kivu sont avérées. Le MSR se dit surpris : « Le MSR a suivi très attentivement les péripéties de cette rocambolesque affaire et a constaté, au vu de l’instruction de la cause, du réquisitoire du ministère public et des plaidoiries des avocats, qu’aucune infraction intentionnelle n’a été clairement prouvée à charge de l’accusé; ceci nous donne à conclure qu’il s’agit bel et bien d’un procès politique ».

Bien plus, le MSR déplore la traque dont sont victimes ses partisans à Goma : « le MSR est surpris de constater qu’après l’arrestation de l’honorable Muhindo Nzangi Butondo, certains de ses cadres et militants sont traqués et arrêtés, notamment à Goma, sans aucune raison valable. Le MSR ne l’accepte pas et ne l’acceptera jamais ».

D’où, il relève qu’« en cette période où le pays négocie un virage politique historique pour que la Nation congolaise se réconcilie avec elle-même et avec tous ses fils et filles en vue de jeter de nouvelles bases de la cohésion nationale, le MSR n’accepte pas que de pêcheurs en eaux troubles revêtus des prérogatives régaliennes se comportent en fossoyeurs de cette cohésion tant souhaitée ».

Le MSR ne fait dans la dentelle pour exprimer son indignation et protester. Il a pris des mesures  draconiennes : « Au vu de cette situation, le MSR, prenant date avec l’histoire, a décidé de suspendre, jusqu’à nouvel ordre, sa participation à toutes rencontres et activités à caractère politique au sein de la Majorité présidentielle, parmi lesquelles les travaux préparatoires des concertations nationales et aux concertations proprement dites tant que l’injustice décriée n’aura pas été réparée ».

Des remerciements à l’endroit des élus de l’Opposition et de la Majorité qui ont compati au calvaire du député Muhindo ont clôturé ce message. Vu sous cet angle, le bureau politique de la MP a du pain sur la planche.

Déclaration politique du Mouvement social pour le renouveau « MSR »

L’honorable Muhindo Nzangi Butondo, député national du MSR, élu de la circonscription urbaine de Goma, a été arrêté le dimanche 11 août 2013 dans sa circonscription et acheminé manu militari à Kinshasa, à cause des propos tenus dans une émission de radio, dans le cadre de l’exercice de son mandat d’élu du peuple dûment protégé par les dispositions heureuses de notre Constitution en son article 107, alinéa 1 :

« Aucun parlementaire ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé en raison des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions».

Jugé ce mardi, 13 août 2013, en procédure de « flagrance », il a été lourdement condamné pour une période qui coïncide curieusement et astucieusement avec le reste de son mandat parlementaire actuel et qui compromet inexorablement la suite de sa carrière politique.

Le MSR a suivi très attentivement les péripéties de cette rocambolesque affaire et a constaté, au vu de l’instruction de la cause, du réquisitoire du ministère public et des plaidoiries des avocats, qu’aucune infraction intentionnelle n’a été clairement prouvée à charge de l’accusé; ceci nous donne à conclure qu’il s’agit bel et bien d’un procès politique.

En plus, le MSR est surpris de constater qu’après l’arrestation de l’honorable Muhindo Nzangi Butondo, certains de ses cadres et militants sont traqués et arrêtés, notamment à Goma, sans aucune raison valable. Le MSR ne l’accepte pas et ne l’acceptera jamais.

A cet effet, à l’issue de la réunion d’urgence du bureau politique du parti tenue ce mercredi 14 août 2013, le MSR assure sa totale solidarité à l’honorable Muhindo Nzangi Butondo et sa compassion à l’endroit de son épouse et ses tout jeunes enfants ainsi que de toute sa base électorale.

Le MSR condamne cette parodie de justice qui déshonore nos institutions et fait la honte de notre pays aux yeux du monde. La République démocratique du Congo ne mérite pas cela, parce que tous ses fils et filles valent beaucoup mieux.

Dans le même registre, le MSR dénonce les instigateurs de cet odieux montage qui ne sont autres que les autorités de la province de Nord-Kivu et de l’ANR qui, se prenant pour le nombril du monde, s’emploient à imposer l’intimidation, l’arbitraire et l’iniquité en lieu et place des valeurs républicaines.

Le MSR dénonce les méthodes et les approches qui tendent à enfermer les institutions de la République dans une dérive totalitaire et de mettre particulièrement l’appareil judiciaire au pas.

Le MSR rappelle sa pleine adhésion à la vision du chef de l’Etat pour ce pays et son exemplaire loyauté envers sa personne. Le MSR a toujours assumé avec constance et responsabilité son appartenance à la Majorité présidentielle et ses engagements dans les institutions de la République.

A cet effet, il attend être considéré à sa juste valeur. En cette période où le pays négocie un virage politique historique pour que la Nation congolaise se réconcilie avec elle-même et avec tous ses fils et filles en vue de jeter de nouvelles bases de la cohésion nationale, le MSR n’accepte pas que de pêcheurs en eaux troubles revêtus des prérogatives régaliennes se comportent en fossoyeurs de cette cohésion tant souhaitée.

Au vu de cette situation, le MSR, prenant date avec l’histoire, a décidé de suspendre, jusqu’à nouvel ordre, sa participation à toutes rencontres et activités à caractère politique au sein de la Majorité présidentielle, parmi lesquelles les travaux préparatoires des concertations nationales et aux concertations proprement dites tant que l’injustice décriée n’aura pas été réparée.

Le MSR exprime sa reconnaissance et apprécie à leur juste valeur le soutien et l’accompagnement des députés nationaux de la Majorité comme de ceux de l’Opposition qui n’ont pas abandonné leur collègue et camarade tout au long du procès.

Le MSR invite les instances de décision de sa famille politique de susciter un élan de solidarité de tous les autres partenaires de la coalition pour obtenir que le député national Muhindo Nzangi Butondo soit remis en liberté, jouissant de tous ses droits politiques et civils.

Il en est de même de tous ceux des nôtres qui, au mépris des lois, se trouvent actuellement dans des cachots à Goma. Le MSR rassure les membres et les sympathisants du parti de l’accompagnement, de l’encadrement et de la diligence que la direction du parti assurera au suivi du dossier de l’Honorable Muhindo Nzangi Butondo et les appelle au calme et à la confiance.

Fait à Kinshasa, le 14 août 2013

Le Potentiel