RDC: Joseph Kabila promulgue la réforme de la Céni de nouvelles mascarades, sous le feu des critiques

Joseph Kabila a promulgué la réforme de la Commission électorale nationale à Lubumbashi, ce dimanche 28 avril. Une décision déjà controversée qui suscite les critiques au sein de l’opposition et de la société civile congolaise. Cette réforme donne naissance à une assemblée plénière de 13 membres à la tête de la Céni et prévoit notamment 30 % de femmes dans ses rangs.joseph kabila-complot

Cette nouvelle configuration de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ne fait pas l’unanimité au sein de l’opinion. Si dans la majorité, on semble satisfait de cette répartition, les deux autres composantes dénoncent un déséquilibre qui risque de préjudicier au travail même de la Céni.

Selon la société civile, pour n’avoir pas tenu compte des observations faites après l’adoption du texte par l’Assemblée nationale, le chef de l’Etat sera responsable des « problèmes » de dérapages lors des prochaines élections.

L’opposition parlementaire, elle, par la voix de Vital Kamerhe, estime qu’on est retombé dans les erreurs du passé. Selon le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), pour « lui garantir » une véritable indépendance, la Céni devait être laissée entre les mains des experts.

En 2011, des irrégularités avaient été dénoncées, concernant l’organisation des élections présidentielle et législatives, et des voix s’étaient élevées, tant du côté de l’opposition que du côté de la majorité, pour réclamer la tête du trop controversé président de la Céni, le pasteur Daniel Mulunda.

En décembre 2012, la Mission d’observation de l’Union européenne avait recommandé une restructuration de la Céni, plus transparente, incluant la société civile.