RDC :Dans une lettre adressée à Ngoy Mulunda, le président des Balubakat confirme que l’élection de «Joseph Kabila» découle d’une vaste mascarade planifiée

Ceni-Ngoy MulundaDans une lettre datée du 08 février 2013 adressée à Ngoy Mulunda, le président des Balubakat,  monsieur Nday Ngoy Matembo confirme que l’élection de «Joseph Kabila» découle d’une vaste mascarade bien planifiée par l’Association socioculturelle des Baluba-I.Bakata (Balubakat) pour conserver en famille le pouvoir suprême que Mzee Laurent-Désiré Kabila, un autre membre de la communauté « a conquis et légué à son fils biologique Joseph Kabila».

Le président des Balubakat qui écrit au Pasteur Ngoy Mulunda apporte plusieurs révélations dans son adresse sur les élections de novembre 2011, vivement contestées et rejetées par la communauté nationale et internationale, qui ont déclaré Joseph Kabila vainqueur..

En effet, à en croire la lettre du président de l’Association socioculturelle des Baluba-I.Bakata, Ngoy Mulunda décrie l’ingratitude de Joseph Kabila et il l’a dit à haute voix dans un milieu « hétérogène » au cœur d’un immeuble situé sur le boulevard du 30 juin. Cette lettre vient confirmer les secrets de polichinelle sur ces élections chaotiques. Dans cette lettre, monsieur Nday Ngoy Matembo reconnait en Ngoy Mulunda « un digne fils Luba » ayant « travaillé dans le cadre et à la CENI pour conserver en famille le pouvoir suprême (…) » et cela « à la grande satisfaction de la communauté Baluba-I-Bukata. » Ce faisant, Ngoy Mulunda a évité, aux dires du président Nday, « l’humiliation » de cette communauté. Cependant, le président de l’Association socioculturelle des Baluba-I.Bakata reproche au pasteur Ngoy Mulunda le fait d’avoir décrié l’ingratitude de Joseph Kabila  à haute voix dans un milieu « hétérogène » au cœur d’un immeuble situé sur le boulevard du 30 juin et de s’être servi dans les caisses de la CENI. Une lettre très intéressante qui reconnait et confirme l’illégalité et l’illégitimité de Joseph Kabila comme président de la RDC. La publication de cette lettre vient encore intensifier les conspirations et les conflits armés. « Mentez, mentez, il en restera quelque chose », dit-on.

Lire l’intégralité de la lettre intéressante du président des Balubakat écrite au Pasteur Ngoy Mulunda: