RDC: Claude Kiya nommé Secrétaire général du CRP

RDC: Claude Kiya nommé Secrétaire général du CRP
Exif_JPEG_420
Claude Kiya, Secrétaire général du Congrès de Résistance Patriotique (CRP)

Au cours d’une réunion spéciale du bureau politique présidée par M. Michel Kanama à Paris pour examiner la situation de crise politique en République démocratique du Congo, M.Claude Kiya qui avait été promu à ce poste depuis la création du parti, a été confirmé Secrétaire général du Congrès de Résistance Patriotique (CRP), mouvement politique d’opposition et de résistance au régime du président Joseph Kabila qui refuse de quitter le pouvoir au terme de son second et dernier mandat qui a pris fin le 19 décembre 2016. Claude Kiya se verra seconder par M. Jean-Claude Ekutsu, un autre cacique de la résistance de la diaspora comme Secrétaire général adjoint du CRP. Les lourdes taches de relations extérieures et la communication du parti ont été confiées au doyen du bureau politique du Conseil national, l’idéologue muleliste Omar Bakalandwa et M. Kasa-Vubu Ngimbi Mervyn a été élevé au rang de Vice-président du parti.

Ancien haut cadre de la défunte ARP (Armée de résistance Populaire) où il a presté en qualité de secrétaire national en charge de l’administration et organisation, M. Claude Kiya est l’un des piliers et cosignataire de l’acte de fondation du Congrès de Résistance Patriotique (CRP), mouvement d’opposition qui s’est engagé résolument avec détermination pour en découdre avec le régime totalitaire du président Joseph Kabila. Cet économiste de 58 ans est diplômé d’études comptables et financières, il détient un master en administration économique et sociale de gestion et organisation de l’université Paul Valery de Montpellier. Aux commandes du secrétariat général du CRP, comme son président national, il dénonce avec acharnement le régime de Kinshasa pour falsification et violation systématique de la constitution nationale de la République démocratique du Congo dans le but d’assurer la pérennisation du président Joseph Kabila au pouvoir par tous les moyens. Il promet ainsi une action de grande envergure politique pour faire échec aux projets sataniques du pouvoir en place et assouplir les sacrifices du peuple congolais qui croupit au quotidien sous le régime d’humiliation et d’occupation.

Lors de la rencontre de Paris, les renseignements de notre reportage indiquent que des stratégies et résolutions importantes ont été adoptées pour faire respecter la constitution, garantir la paix et sauvegarder les institutions après le refus du président Joseph Kabila de quitter le pouvoir et l’échec des négociations partisanes de deux dialogues entre le pouvoir et l’opposition qui ont connu le sérieux problème d’exclusivité. Pour le CRP, l’opposition politique en République démocratique du Congo joue le simple rôle d’accompagnateur pour maintenir illégalement de force le président Joseph Kabila au pouvoir contre la volonté du peuple congolais en échange du poste de premier ministre.

Le CRP a dénoncé le caractère d’exclusivité de deux dialogues organisés à Kinshasa sous l’égide de l’UA et de la Cenco. Son président Michel Kanama a accusé le régime de Kinshasa et l’opposition politique de comploter contre la nation congolaise et son peuple. Il a aussi déclaré que son mouvement ne reconnaitra guère les gouvernements qui en découleront accusant violemment le pouvoir et l’opposition parlementaire de violation conjointe et concertée de la constitution pour le partage du gâteau. Michel Kanama a par ailleurs mis en garde les deux parties de marginaliser l’opposition en exil pour  les farces politiques et manœuvres politiciennes.

Avec Congotribune