Présidentielle en RDC: Vital Kamerhe et Félix Tshisékédi signent un accord à Nairobi

Présidentielle en RDC: Vital Kamerhe et Félix Tshisékédi signent un accord à Nairobi

Vital Kamerhe et Félix Tshisékédi ont signé un accord à Nairobi, au Kenya. L’ancien président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo (RDC) Vital Kamerhe a annoncé vendredi se désister de la course à l’élection présidentielle du 23 décembre pour former « un ticket » avec un des autres poids-lourds de l’opposition Félix Tshisekedi.

En RDC, l’UDPS et l’UNC scellent une alliance pour la présidentielle. Leurs leaders Vital Kamerhe et Félix Tshisékédi ont signé un accord à Nairobi, au Kenya. Principal point : Vital Kamerhe se désiste au profit de Félix Tshisekedi qui, en cas de victoire, lui garantit le poste de Premier ministre. Les deux hommes marchent désormais main dans la main et pour une période de dix ans.

« J’ai pris la décision d’apporter mon soutien à M. Tshisekedi pour la présidence du Congo », a déclaré M. Kamerhe lors d’une conférence de presse conjointe avec M. Tshisekedi dans un hôtel de Nairobi.

Peu après, les deux hommes ont signé devant les caméras leur accord « pour former un ticket » en vue de remporter la présidentielle du 23 décembre. Dans le cadre de cet accord, M. Kamerhe deviendrait Premier ministre en cas de victoire.

De son côté, M. Tshisekedi, qui s’est félicité de l’accord, a expliqué que l’une des priorité du duo sera de « restaurer la paix dans l’est du pays » et il a appelé ses partisans à venir en nombre pour accueillir le « ticket gagnant » mardi à l’aéroport international de Kinshasa.

L’accord a été signé à l’hôtel Séréna de Nairobi. Les deux hommes parlent d’un « ticket gagnant ». Ils ont formé une plateforme appelée « Cap pour le Changement », présidée par Félix Tshisekedi qui devient candidat unique.

En cas de victoire, il choisira Vital Kamerhe comme chef du gouvernement. Puis au bout de cinq ans, ils inverseront les rôles. Donc l’accord couvre une décennie, avec un mandat présidentiel chacun.

Les deux hommes se sont partagés la carte électorale, le but étant une convergence de voix entre l’UNC, bien implantée dans l’est, et l’UDPS plutôt au centre et à l’ouest.

Felix Tshisekedi (à droite), leader de l’UDPS et Vital Kamerhe (à gauche), chef de l’UNC, à Nairobi (Kenya) le 23 novembre où ils ont scellé une alliance… pour dix ans. © REUTERS/Baz Ratner

Partage aussi des postes. En plus de la magistrature, l’UNC obtiendra la présidence du Sénat, la gouvernance de la Banque centrale, les ministères des Finances, des Infrastructures de la Défense et de la Justice.

Promesses et échange de louanges

Leurs deux partis ont précisé que leur plateforme était ouverte à d’autres ralliements, ajoutant que d’autres candidats et mouvements étaient intéressés, sans toutefois les nommer.

Alors que la campagne électorale a commencé, l’accord prévoit une mutualisation de leurs moyens humains et financiers. Et c’est Vital Kamerhe qui a été choisi au poste de directeur national de campagne.

Le chef de l’UNC a vanté les aptitudes de Félix Tshisekedi, les combats qu’il a menés avec son père Etienne Tshisekedi. Il a même décrit l’UDPS comme « le plus grand parti du Congo ».

Félix Tshisekedi a promis la paix dans l’Est, la réconciliation des Congolais, un Etat de droit et une gouvernance commune, avec son allié politique, « sans que l’un essaie de mater l’autre ».

Ils ont chacun appelé leurs bases électorales à soutenir cet accord et à venir les accueillir mardi prochain, à Kinshasa, date de leur retour au pays.

(Avec Agences)