RDC: les élections prolongées jeudi après une première journée « chaotique »

RDC: les élections prolongées jeudi après une première journée « chaotique »

Les élections générales en République démocratique du Congo vont se poursuivre jeudi pour les bureaux de vote qui, en raison de divers problèmes pratiques, n’ont pas pu ouvrir mercredi, journée qualifiée de « chaos total » par des opposants qui ont demandé la « réorganisation de ces élections ratées ».

Les observateurs électoraux et les opposants ont dénoncé des « irrégularités » et un « chaos total » lors des élections ce mercredi en RDC. Les élections se poursuivent donc ce jeudi.

Centres de vote fermés, dysfonctionnement des machines à voter, interdiction d’accès aux observateurs… Les conditions dans lesquelles les Congolais ont voté, mercredi, sont décrites comme « catastrophiques » par les principaux observateurs électoraux, la CENCO-ECC, représentant les autorités religieuses de la République démocratique du Congo (RDC), à tel point que la question de la crédibilité des élections est posée.

D’après un rapport établi sur base des témoignages des milliers d’observateurs déployés à travers le pays, 31% des bureaux de vote sont restés fermés. Dans 45% des bureaux ouverts, un dysfonctionnement du dispositif électronique a causé l’interruption du vote.

« C’est une catastrophe. Plus de 70% des électeurs ont été dans l’impossibilité de voter », explique Bob Kabamba, professeur à l’ULiège et présent à Kinshasa en tant qu’observateur. « Ce n’est qu’un premier rapport couvrant uniquement les chefs-lieux. On ignore ce qui s’est passé dans le reste du territoire, où la situation serait plus grave. »

Le président sortant, Félix Tshisekedi, 60 ans, brigue un second mandat face à une opposition morcelée, lors d’une élection à un seul tour qui se tient dans un climat politique et sécuritaire très tendu. « Les bureaux qui n’ont pas du tout ouvert vont le faire jeudi », a déclaré à la télévision officielle Denis Kadima, président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Il n’a pas précisé le nombre de bureaux concernés, mais a indiqué ensuite devant des médias que « le gros des gens », qu’il a estimé à « pas moins de 70 % », avaient « pu voter » mercredi. La Céni avait auparavant annoncé que les bureaux ayant ouvert avec retard fonctionneraient « durant 11 heures, comme le prévoit la loi, pour permettre à chaque électeur de voter ».

Dans un bureau de Goma, dans l’est, l’urne est fermée. Dans un autre à Lubumbashi (sud-est), le comptage est en cours à la lumière de téléphones portables. A Bukavu (est) ou à Tshikapa (centre-sud), on continue à voter dans le noir. A Kinshasa, des électeurs épuisés attendent de pouvoir enfin voter. Autant de scènes auxquelles assistaient dans la soirée les équipes de l’AFP.

« Je n’en peux plus, je n’ai plus la force d’aller me faire bousculer dans la file d’attente », déclare après 19H00 Mama Maguy, assise à même le sol dans un bureau de vote à Lingwala, une commune du centre de Kinshasa. « Il y a prolongation, j’attends toujours… », dit, philosophe, Félix Kahuma, fonctionnaire de 50 ans, dans un centre de vote du sud de la capitale.

Les horaires théoriques d’ouverture des quelque 75.000 bureaux de vote étaient de 06H00 à 17H00 locales, ceux de l’est devant voter avant ceux de l’ouest de l’immense pays couvrant deux fuseaux horaires.

Ces élections se déroulent dans un pays très riche en ressources naturelles mais à la population majoritairement très pauvre, largement dépourvue d’infrastructures et en proie à une insécurité chronique dans sa partie orientale.

Près de 44 millions d’électeurs inscrits, sur un total d’environ 100 millions d’habitants, étaient appelés à élire leur président, mais aussi leurs députés nationaux et provinciaux et, pour la première fois, leurs conseillers communaux. Plus de 100.000 candidats étaient sur les rangs pour les quatre scrutins.

« Chaos total »

Plusieurs missions d’observation des élections ont été déployées. Celle des églises catholique et protestante a fait un premier point confirmant l’ampleur des dysfonctionnements. En fin de matinée, près du tiers des bureaux n’étaient pas ouverts, des pannes des « machines à voter » avaient provoqué l’interruption du vote dans 45 % des bureaux et près de 6 % avaient été saccagés.

Félix Tshisekedi a voté dans l’après-midi dans un bureau de Kinshasa, souriant, vêtu d’une chemise à petits carreaux bleus et acclamé par une foule de supporters hystériques.

Durant la campagne, il a demandé cinq ans de plus pour « consolider les acquis ». Il a aussi vilipendé les supposés « candidats de l’étranger », en laissant entendre qu’ils n’étaient pas assez « patriotes » face aux « agressions » dont il accuse en particulier le voisin rwandais.

Son principal challenger, Moïse Katumbi, 58 ans, riche homme d’affaires et ancien gouverneur de la province minière du Katanga (sud-est), a été particulièrement ciblé par ses attaques. Parmi les autres candidats figurent Martin Fayulu, 67 ans, qui affirme que la victoire lui a été volée à la présidentielle de 2018, et le Dr Denis Mukwege, 68 ans, prix Nobel de la paix pour son action auprès des femmes victimes de viols de guerre.

Les trois opposants ont tous dénoncé « chaos » et « irrégularités ». « C’est un chaos total », a même lancé Martin Fayulu après avoir voté à Kinshasa, en accusant encore une fois la Céni de vouloir à tout prix « faire passer » Félix Tshisekedi. Moïse Katumbi, qui a voté dans son fief de Lubumbashi, a quant à lui demandé aux électeurs de « surveiller » le dépouillement « jusqu’à la fin ».

Dans la soirée, cinq opposants, dont MM. Fayulu et Mukwege, ont signé une déclaration appelant à « la réorganisation de ces élections ratées par une Céni autrement composée ».

Des soupçons de fraude ont provoqué des incidents dans plusieurs sites de vote, avec mises à sac et violences à l’encontre d’agents de la Céni.

Le processus électoral est aussi empoisonné par la situation sécuritaire dans l’est, qui connaît un pic de tension depuis deux ans avec la résurgence de la rébellion du M23 soutenue par Kigali. Les rebelles occupent de vastes pans de territoire du Nord-Kivu, dans lesquels les habitants ont été privés de vote.

(Avec Agences)