Kinshasa: hausse des prix des produits en provenance de Goma

Certaines denrées alimentaires de première nécessité qui proviennent de Goma (Nord-Kivu)  se raréfient, entrainant ainsi une hausse de leurs prix sur le marché deKinshasa. Il s’agit entre autres, des haricots, du thé, de la viande de bœuf et des pommes de terre, a constaté mardi 27 novembre un reporter de Radio Okapi. Les prix d’une mesurette des haricots qui se vendait à 1 200 francs congolais (1,3 USD), se négocie actuellement à 1 400 francs congolais (1,5 USD).

Dans certains supers marchés de la capitale, un kilogramme de viande de bœuf est passé de 9 000 Fc (10 USD) à 11 800 Fc (13 USD), tandis que les pommes de terre, elles, sont passées de 1 800 Fc (2 USD) à 2 840 Fc (3,1 USD), le kilo.

AKinshasa, les vendeurs attribuent cette situation à plusieurs causes notamment la guerre dans l’Est, les taxes intempestives, et l’écroulement du pont Epulu, à Mambassa (Province Orientale) déjà réhabilité.

«Le haricot devient rare à Kinshasa le fait qu’il y a beaucoup de difficultés notamment avec des militaires qui récupèrent une partie de marchandises. Tantôt, ils arrêtent les véhicules avec les marchandises et cela entraîne la hausse de prix sur le marché», a déclaré un commerçant kinois.

A l’alimentation du Kivu, sur place àKinshasa, les réfrigérateurs sont vides.

Ce commerçant a indiqué que le dernier arrivage date du dernier vol peu avant l’occupation de Goma par les rebelles du M23.

A l’approche de festivités de fin d’années, le souhait de tout congolais est de voir le prix de denrées de première nécessité être accessibles à toutes les bourses, disent-ils.

la Bralima augmente les prix de ses boissons

La Bralima a augmenté le prix de ses boissons de 100 francs congolais (0,1 dollars américains) depuis le week-end dernier. La bouteille de boissons sucrées est passée de 500 à 600 francs congolais alors que celle de la Primus se vend actuellement à 1 300 francs congolais (1,3 dollars américains) contre 1 200 francs, il ya quelques jours.

Les responsables de la brasserie n’ont pas souhaité expliquer les raisons de cette hausse. Le président de l’Association nationale des vendeurs des boissons duCongoa également affirmé ignorer ces raisons.

Dans les débits de boissons, les prix des produits de l’autres brasseur, la Bracongo, ont également été revus à la hausse. Mais les responsables de l’entreprise affirment n’avoir procédé à aucune majoration des prix.