Grèce: le footballeur grec Giorgos Katidis est rayé à vie de l’équipe nationale à cause d’un salut nazi

Le football fait la Une de la presse non pas pour la prouesse d’une équipe, mais à cause du joueur Giorgos Katidis qui a été rayé à vie de l’équipe après un salut nazi.Grece-Giorgos Katidis

Le monde du football est en ébullition après le geste d’un joueur grec. Giorgos Katidis vient de marquer contre le FC Veria, pour célébrer son but, il fait un geste qui semble être un salut nazi. Les journalistes présents au bord du terrain s’emballent rapidement et le joueur se retrouve sous de nombreuses critiques. Lorsqu’il est rentré dans les vestiaires, son entourage a indiqué qu’il était en pleur, car il ne voulait pas que son geste soit assimilé à celui d’un salut nazi. Âgé d’une vingtaine d’années, Giorgos Katidis a souhaité se justifier sur son compte Twitter. Le jeune joueur a alors indiqué « Je ne suis pas un fasciste et je ne l’aurais pas fait si j’avais su ce que cela signifiait. Je connais les conséquences et je ne l’aurais jamais fait ». Son entourage a également indiqué qu’il avait vu ce geste peut-être sur Internet et qu’il l’avait reproduit pour célébrer son but sans connaître la signification. L’entraîneur de l’équipe a également souhaité s’exprimer face aux nombreuses critiques qui inondent les journaux.

Pas de sélection nationale

L’Allemand Ewald Lienen a tenté de calmer le monde du football en expliquant que le joueur n’avait « aucune idée politique. Il a sûrement vu ce salut sur Internet ou ailleurs et l’a fait sans savoir ce que cela signifiait. J’en suis sûr à 100% ». La Fédération n’a pas pris en compte les diverses explications puisque la sanction a été immédiate. Ainsi, dimanche dans la journée, le joueur grec a eu connaissance de la punition. Il a été banni à vie de la sélection nationale à cause de son salut nazi. Ce geste va donc entacher sa carrière, car ce jeune joueur de 20 ans avait une carrière prometteuse. La Fédération a estimé que ce geste était un manque de respect envers toutes les victimes « des atrocités du nazisme et nuit au caractère pacifique et humain du football ».

Pas de maillot

Ce comportement a donc été condamné « sans équivoque et de façon catégorique ». Giorgos Katidis ne portera donc jamais le maillot de l’équipe nationale, pourtant il devait faire une grande carrière sous les couleurs du pays.

24MATINS