Goma: un sujet rwandais arrêté avec 3 millions de francs congolais contrefaits

Environ 3 millions de francs congolais (3 260 USD) de nouveaux billets de 1000, 5 000 et 10 000 francs congolais (FC) contrefaits ont été saisis, lundi 22 octobre, dans les bagages d’un sujet rwandais. Ce dernier a été arrêté à Goma par les services spéciaux de sécurité, puis transféré à Kinshasa. Le sujet rwandais en provenance de Gisenyi opérerait avec un autre rwandais, basé à Goma. Ils feraient partie d’«un réseau mafieux », qui serait en voie d’être démantelé, selon le conseiller politique du gouverneur du Nord-Kivu.

La Banque centrale du Congo (BCC) a affirmé avoir été informée l’arrestation du faussaire présumé et de son transfert à Kinshasa, avec les 3 millions FC contrefaits. Il s’agit d’un «crime économique grave», ont martelé les autorités provinciales du Nord-Kivu.

Selon le directeur général des opérations bancaires et de la politique monétaire de la BCC, Jean Louis Kayembe, la contrefaçon est une pratique qui touche toutes les monnaies du monde et le franc congolais ne fait pas exception. Il a souligné la nécessité de «doubler de vigilance et pour sensibiliser davantage la population pour qu’elle soit à même de faire la différence entre les faux et vrais billets de franc congolais»; les anciennes coupures comme les nouvelles.

La BCC avait lancé sur le marché, à partir du 2 juillet dernier,  de nouvelles coupures de franc congolais à valeur faciale élevée (1 000, 5 000 et 10 000). Leur mise en circulation devrait se faire progressivement «pour éviter la spéculation », selon la BCC.

Elle avait affirmé que cette opération avait été décidée pour trois raisons majeures:

  • la manipulation de grandes quantités des billets de banque sur le marché
  • l’aggravation de la « dollarisation » de l’économie congolaise
  • l’accroissement du coût de fabrication, d’importation et de distribution des billets de banque.

radiookapi.net