Confinement: entre intense activité sexuelle et risque de séparations et de divorces

Confinement: entre intense activité sexuelle et risque de séparations et de divorces

En vase clos, certains amoureux ont une activité sexuelle plus intense, d’autres sont proches du divorce.Il faut croire que la distanciation sociale file des idées. De cul, principalement. Car depuis qu’on doit tous(te)s rester chez soi pour endiguer l’épidémie du nouveau coronavirus, notre excitation grimperait en flèche. Et ça vaut pour les couples qui ont la chance d’être ensemble, mais pas uniquement. Les confiné(e)s isolé(e)s et séparé(e)s aussi auraient chaud. Et davantage tendance à se faire du bien qu’en temps normal. Bonne nouvelle. On fait le point.

Être confiné en couple : sur le papier ça fait rêver, en réalité ça peut tourner au cauchemar. Dans une enquête réalisée auprès d’Allemands, d’Autrichiens, de Suisses, de Britanniques et d’Américains, le spécialiste du sextoy WeVibe a voulu prendre des nouvelles des couples en cette période un peu particulière. 1 couple sur 5 a plus de relations sexuelles qu’avant le confinement.50 % des couples ensemble pendant le confinement et 73 % des couples vivant le confinement séparément affirment même ressentir davantage l’envie de se masturber. Une aubaine pour moins s’ennuyer le week-end. Et qui ne reste pas à l’état de fantasme, puisqu’une personne sur cinq qui se trouve en quarantaine avec son partenaire déclare s’adonner aux plaisirs de la chair beaucoup plus souvent qu’avant. Excitant.

On ne voit plus le lit comme un sanctuaire du repos mais comme un terrain de jeux érotiques inépuisable. On brise notre routine en déplaçant nos ébats dans la douche, dans la cuisine, sur la machine à laver pour explorer de nouvelles sensations. Le terme « Netflix & Chill » prend tout son sens. Un constat qui nous fait du bien au corps, comme à l’esprit ; il paraît que le sexe et les orgasmes renforceraient le système immunitaire, nous feraient envisager l’avenir avec courage et positivité et réduiraient le stress. Autant vous dire qu’en ces temps incertains, on prend.

Et si certains ont la libido qui frétille, d’autres la jouent scène de ménage. Une personne sondée sur six a le sentiment que son ou sa partenaire est plus souvent en colère contre elle ou lui. « On s’est tous arrangés pour avoir nos moments individuels, au travail, avec des amis ou au sport, et là, d’un coup, on se retrouve à devoir vivre ensemble avec peu ou pas de moments avec des espaces personnels », nous expliquait Camille Rochet, thérapeute de couple.

Une libido qui danse le Bolchoï

Pour ceux qui sont cloîtrés en couple, une personne sur trois avoue avoir davantage d’appétit sexuel qu’avant et une sur quatre trouve que son ou sa partenaire a plus de désir sexuel qu’en temps normal. 20 % des interrogés estiment avoir vu augmenter leur nombre de relations sexuelles pendant la crise.

Niveau masturbation, certains ont le poignet en surchauffe. 50 % des couples ensemble et 73 % des couples vivant le confinement séparément ressentent plus d’envie d’onanisme. Les couples séparés en souffrent : 55 % sentent un manque de contact physique, 53 % celui de sexe.

La visioconférence, une solution ?

Pour maintenir le contact avec leurs amis, certains internautes français pratiquent l’apéro Skype. Un couple séparé sur trois a augmenté le nombre de conversations vidéo pendant le confinement. Le but ? Éviter de s’éloigner et que la distance mette en péril la relation.

78 % des sondés pensent en effet que le nombre de séparations et de divorces va augmenter en cette période. Comme le rapporte L’Express, la Chine connaît actuellement une vague de divorces hors du commun. Dans la province du Sichuan, 300 demandes ont été faites entre le 24 février et le 13 mars. Les files d’attentes devant les guichets s’allongent peu à peu. Ce phénomène s’accompagne, notamment à cause du confinement, par le report des cérémonies de mariage. Un quart des personnes interrogées pensent repousser leur projet d’union.