Concertations nationales: Joseph Kabila inaugure la grande recréation de son régime le 4 septembre

La grande recréation baptisée «Concertations nationales» du régime d’imposture de Joseph Kabila aux abois et en quête de légitimité, démarre le mercredi 4 septembre 2013 à Kinshasa, où plus de 700 délégués recréateurs sélectionnés à la carte sont attendus à cette recréation historique.joK

Le président congolais Denis Sassou Nguesso qui s’est laissé facilement prendre dans le piège de Joseph Kabila en acceptant le rôle controversé «d’Accompagnateur à la carte» dont les compétences sont restées floues, a été brouillement disqualifié et discrédité par son homologue rusé et truste rdcongolais.

Joseph Kabila a réussi son pari : premièrement, il a dissout malignement le parlement  en emballant les présidents de deux chambres pour les distraire avec ses fameuses concertations nationales ; deuxièmement, il a réussi a associer avec ruse son redoutable homologue congolais Denis Sassou Nguesso à ces fameuses concertations nationales dans le but de le salir et le disqualifier dans la région. L’invitation-piège du président Sassou Nguesso que le président Etienne Tshisekedi a déjoué pour faire voler tout en éclat reste très éloquente.

L’opinion politique congolaise tant du régime que de l’opposition n’a jamais réalisé à quel jeu jouerait exactement le président Denis Sassou Nguesso. Reste à savoir et à voir maintenant quel sera son vrai rôle dans cette grande recréation baptisée «Concertations nationales», qui ouvre finalement ses portes le mercredi 4 septembre 2013 à Kinshasa, sans la participation de la véritable opposition politique nationale et sans la résistance ?

Les mouvements de résistance congolaise, à l’instar de l’ARP(Armée de résistance populaire) du général Faustin Munene et APARECO(Alliance des Patriotes pour la Refondation du Congo) d’Honoré Ngbanda ont vaillamment dénoncé et rejeté ces «Concertations nationales» décrétées par Joseph Kabila qu’ils déclarent  ne pas lui reconnaitre la légitimité et la légalité de président de la République.

Selon RFI, l’UDPS d’Etienne Tshisekedi, l’UNC de Vital Kamerhe et les FAC, avec en tête Martin Fayulu ne sont pas concernés par cette vaste recréation de Joseph Kabila où leur absence est déjà annoncée. Tous ces partis et mouvements ont, en revanche, réclamé le dialogue national inclusif.

La recréation est bien partie, mais la cohésion nationale est bien loin d’être atteinte tant que le sinistre Joseph Kabila qui est la véritable cause de tous les malheurs de la République démocratique du Congo séjourne encore au pouvoir et ne cesse de prendre d’autres initiatives fatales pour le peuple congolais.

Réussira ou échouera-t-il, ce congrès récréatif d’un pouvoir de 12 ans d’imposture caractérisé par des élections mascarade de 2006 et 2011 ? Quoiqu’il en soit, tous les participants sortiront perdants mais le sinistre Joseph Kabila restera le grand artisan et le grand gagnant de cette vaste recréation où son homologue congolais, le président Denis Sassou Nguesso, risque d’être réduit à un simple invité d’honneur ou un simple participant. Quant aux conclusions des assises, les pronostics sont claires : après les «Concertations nationales» égale avant les «Concertations nationales».