RDC: le procès de Vital Kamerhe s’ouvre ce lundi 11 mai dans « l’affaire des maisons préfabriquées »

RDC: le procès de Vital Kamerhe s’ouvre ce lundi 11 mai dans « l’affaire des maisons préfabriquées »

Poursuivi pour ‘‘détournement’’ des fonds du programme de 100 jours, le procès de Vital Kamerhe,  Directeur de cabinet du Chef de l’Etat congolais, va finalement débuter ce lundi  11 mai 2020, à la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe. Emprisonné depuis le 8 avril, Vital Kamerhe, le tout puissant directeur de cabinet et allié du président Felix Tshisekedi, sera bel et bien jugé en même temps que David Blattner, DG de Safricas ainsi que toutes les autres personnes accusées de détournement des fonds publics concernant le programme des 100 jours du président Felix Tshisekedi.

En effet, quoiqu’ayant été détenu le 8 avril dernier et transféré aussitôt à la prison centrale de Makala, Vital Kamerhe bénéficie toujours de la  présomption d’innocence devant la Cour. De ce fait, en marge de cette audience, il sera appelé à présenter ses moyens de défense. Il pourrait même solliciter de nouveau sa mise en liberté provisoire, a renseigné à TOP Congo,  Me Willy Wenga, Avocat au barreau de Kinshasa/Gombe. Ceci dit, depuis sa détention, jusqu’à ce jour, cet ancien Président de l’Assemblée nationale a connu une succession des mauvaises nouvelles. Déjà, sa demande de mise en liberté provisoire sollicitée par ses avocats a été rejetée à deux reprises par le Tribunal statuant en Chambre de Conseil à la Prison centrale de Makala. Par la suite, son neveu Daniel Massaro, visé par un mandat d’emmener pour détournement de deniers publics, par le parquet général près la Cour d’appel Kinshasa/Matete, s’est volatilisé dans la nature.

Comme si cela ne suffisait pas, toujours dans cette affaire de détournement des millions du programme d’urgence de 100 jours, Hamida Chatur, chère épouse légitime de Vital Kamerhe, a été invitée à comparaître devant la justice où elle avait répondu à quelques questions.

Sérieux indices de culpabilité

D’après le tribunal, il subsiste contre le Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi des indices sérieux de culpabilité. L’homme serait accusé de détournement de deniers public, blanchiment d’argent et corruption dans le cadre de la gestion des fonds alloués à ce programme de 100 jours.

Déjà, au sein de son parti politique, l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), l’inquiétude monte d’un cran malgré l’appel au calme et à la sérénité lancé par Vital Kamerhe. Selon ses proches, ‘’le pacificateur jusqu’au bout’’ a quelques problèmes de santé depuis 3 à 4 jours à la prison centrale de Makala.

D’emblée, semble-t-il que le Président national de l’UNC  sera jugé en même temps que Jammal Sammih, le patron des sociétés Samibo et Husmaln qui était chargé de livrer 4.500 maisons préfabriquées. En cela, faudrait ajouter aussi toutes les autres personnes accusées de détournement des fonds concernant le programme de 100 jours du Président Félix Tshisekedi. L’audience prévue ce lundi 11 mai sera suivie de près par la plupart de congolais qui attendent à ce que la justice soit impartiale, équitable et équilibrée dans son jugement, pour honorer cette nation qui veut voir l’instauration réelle d’un véritable Etat de droit.

La chaîne de télévision Canal Futur Télévision acquise à Vital Kamerhe a obtenu l’autorisation de la cour pour la couverture médiatique des audiences publiques en chambre foraine et pourrait retransmettre en direct le procès.

Le directeur de cabinet du chef de l’Etat est détention préventive à la prison de Makala depuis  le 8 avril. Selon la Citation à prévenu établie par le Tribunal de Grande instance de Kinshasa/Gombe, il lui est reproché trois chefs d’accusation :

  • Le détournement de 2 137 500 USD destinés à « l’achat et l’érection de 3 000 maisons préfabriquées pour les policiers et les militaires de la ville de Kinshasa dans le cadre du Programme de 100 jours initié par le président de la République ».
  • Le fait de corruption pour l’achat par le patron de SAMIBO, société devant ayant gagné le marché des maisons préfabriquées,  en faveur de Soraya Mpiana, belle fille de Kamerhe, de « la concession mesurant 70,00 mètres x 100,00 mètres, située sur la baie de Ngaliema, au quartier Basoko, dans la commune de Ngaliema ».
  • Le détournement de 48 831 148 USD « remis à la société SAMIBO  SARL pour l’achat et l’érection de 1500 maisons préfabriquées dans le cadre du projet des logements sociaux », au profit de cinq provinces de la RDC en l’occurrence Kinshasa, Kongo Central, Kasaï Oriental, Kongo Central et Sud-Kivu inscrits dans le Programme de 100 jours.