Le virus Ebola continue ses ravages en Afrique

ebola-afriqueDepuis quatre mois, les autorités peinent à circonscrire les foyers d’infection du virus mortel. C’est la plus grave épidémie connue.

L’épidémie de fièvre Ebola qui frappe depuis quatre mois la Guinée, Sierra Leone et le Liberia est d’une gravité sans précédent. Déjà 485 morts sont imputables au virus, et 33 sont suspectes. Cinquante nouveaux cas, dont 25 ont entraîné la mort des patients, ont été recensés dans la région entre le 2 et le 6 juillet.
Sur le même sujet

Interview
«Le virus Ebola s’est retrouvé à 2500 kilomètres de sa zone habituelle»
Par Ivanhoé Govoroff et Inès Benghezala
Le Nigeria en état d’alerte après un cas mortel d’Ebola

Le virus à l’origine du syndrome a été diagnostiqué la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées à Nzara, en Soudan, et à Yambuku, en République démocratique du Congo (à l’époque Zaïre). Ce dernier village se trouve près de la rivière éponyme Ebola. La dernière grande épidémie d’Ebola avait provoqué la mort de 187 personnes en RDC en 2007.

Le virus se transmet aux humains après un contact avec des animaux infectés, et se propage via le sang et les liquides physiologiques. Les premiers symptômes sont la fièvre, une faiblesse intense, des maux de tête et de gorge, suivis par des vomissements, des diarrhées, des insuffisances rénales et, dans certains cas, des hémorragies. Le taux de mortalité est très élevé, de 50% à 90% suivant les soins apportés aux malades, même s’il n’existe pas de remède connu.

Les hôtes naturels du virus pourraient être les chauves-souris. Leur chasse est particulièrement populaire dans la zone de Guéckédou, un village guinéen situé près des frontières du Liberia, de la Guinée et du Sierra Leone, identifié par Médecins sans frontières comme l’épicentre de l’épidémie.

Selon MSF, tous les pays de l’Afrique occidentale sont sujets au risque d’infection. Ebola étant une maladie extrêmement aiguë, les foyers d’infection sont virulents, mais le temps d’incubation de la maladie – de deux à vingt jours – est trop rapide et déstabilisant pour que le malade puisse couvrir une distance considérable.

ebola-depuis-1976