Francophonie: la Canadienne Michaëlle Jean nommée secrétaire générale

Francophonie: la Canadienne Michaëlle Jean nommée secrétaire générale

michael jeanLa Canadienne d’origine haïtienne Michaëlle Jean a été nommée au poste de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) lors d’un huis clos des dirigeants dimanche à Dakar, a annoncé dimanche l’OIF. Cette ex-gouverneure générale du Canada, âgée de 57 ans, a été désignée par consensus et non à l’issue d’un vote des 53 pays membres de plein droit de l’OIF, a indiqué à l’AFP une source proche des discussions.

L’OIF a annoncé cette nomination sur son compte Twitter, précisant que la prise de fonctions interviendrait en janvier 2015.

Mise a jour 14h55 T.U.

L’ancienne gouverneure générale du Canada et chancelière de l’Université d’Ottawa, Michaëlle Jean, a été nommée dimanche, au Sénégal, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Choisie par consensus et non par élection, Mme Jean exercera un mandat de quatre ans, renouvelable, à la tête du regroupement des pays ayant le français en commun.

Michaëlle Jean, âgée de 57 ans, gouverneure générale de 2005 à 2010, était parmi les cinq candidats à la succession d’Abdou Diouf, qui conclut un mandat de 12 ans à la tête de l’OIF.

Jean Claude de l’Estrac, ancien ministre des Affaires étrangères de l’Ile Maurice, s’était présenté comme le compromis de l’Afrique. Selon M. de l’Estrac, âgé de 66 ans, l’élection possible de Mme Jean rompait l’équilibre exigeant que la fonction de secrétaire général soit exercée par un ressortissant d’un pays africain.

Henri Lopes, ambassadeur du Congo à Paris, a affirmé dimanche que les règles entourant le choix du secrétaire générale devraient être revues. L’âge de M. Lopes, 77 ans, semblait un handicap à sa candidature.

Le recteur de l’Université d’Ottawa, Allan Rock, a promptement réagi par voie de communiqué, dimanche matin. Il affirme que l’OIF fait un bon choix en nommant Mme Jean à titre de secrétaire générale.

«Ses qualités personnelles uniques, conjuguées à sa solide compréhension des enjeux mondiaux et à son engagement inconditionnel à l’égard des priorités en matière de développement, font d’elle la candidate idéale pour relever les défis auxquels doit faire face la francophonie», estime M. Rock.

Avec Afp et la Presse.ca