En RDC, des ONG accusent Félix Tshisekedi d’encourager les violations des droits de l’homme

En RDC, des ONG accusent Félix Tshisekedi d’encourager les violations des droits de l’homme

Des ONG de défense des droits de l’homme ont accusé, samedi 1er juillet, le Président Félix Tshisekedi de donner des instructions aux forces de l’ordre qui violent les droits de l’homme. Ces organisations ont ainsi réagi au discours du chef de l’Etat du dimanche 25 juin dernier à Mbuji-Mayi lors de la messe jubilaire de Mgr Bernard Kasanda.

Parmi ces violations, ces ONG citent entre autres, les arrestations arbitraires, les enlèvements, la multiplicité des services prétendument de sécurité et des enlèvements à Kinshasa par des agents de sécurité « sous de fallacieux motifs d’atteinte à la sécurité ou menace à la sécurité ».

« Plus de doute sur l’identité du donneur d’ordre et auteur intellectuel des exactions contre les personnes et leurs biens », déclarent ces organisations.

Dans leur déclaration, ces structures concluent que le chef de l’Etat, en déclarant ne pas accorder aucune importance aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales, affirme être le responsable des exactions commises.

« Je m’attaquerai sans hésitation, sans remords à tout Congolais qui mettrait en danger la sécurité et la stabilité de notre pays, peu importe ce que l’on dira : violation des droits de l’homme, privation de liberté ou encore je n’ai aucune leçon à recevoir de qui que ce soit », avait déclaré le Président Tshisekedi.

Cette phrase est celle qui a retenu l’attention de ces ONG et les pousse à rappeler que des motifs de sécurité servent des raisons pour perpétrer des actions contre les civils ou les personnes ayant un avis contraire au régime.

Et pourtant, ajoutent-elles, ce sont des pratiques contraires à la constitution et aux lois en vigueur au pays.

Dans ce communiqué, ces ONG disent avoir pris note de la déclaration du chef de l’État et sont d’avis que celle-ci contraste avec les principes de l’État de droit qu’en entend prôner.

Déclaration mensongère

Pour sa part, le député Ntumba Tshiabola est d’avis que «les déclarations des ONG de la RDC sont mensongères. Le président Félix Tshisekedi respecte les droits de l’homme et reste l’artisan de l’état de droit ». Il estime que l’impunité n’existe plus.

(Avec Radiookapi)