Ukraine : l’UE sanctionne les chefs des services de renseignement russes

Ukraine : l’UE sanctionne les chefs des services de renseignement russes

poutine-russiaLa Maison-Blanche accuse Poutine et les Russes d’êtres « coupables de la tragédie » du MH17, qui a fait 298 personnes, dont près de 200 Néerlandais. Quinze personnalités russes ou ukrainiennes et 18 entreprises ou organisations ont été ajoutées ce samedi 26 juillet à la liste noire de l’Union européenne. Parmi les responsables figurent des responsables de services de renseignement.

Quinze personnalités russes ou ukrainiennes et 18 entreprises ou organisations ont été ajoutées ce samedi 26 juillet 2014 à la liste noire de l’Union européenne, ce qui signifie gel des avoirs et interdiction de voyager. Parmi les responsables figurent le chef du FSB les services de renseignements russes Alexandre Bortnikov, celui des renseignements extérieurs, Mikhail Fradkov, et encore le président tchétchène et le secrétaire du conseil de sécurité de la Russie.

Niveau 3 des sanctions européennes

Les sanctions européennes frappent donc désormais 87 personnes et 20 organisations. Les Vingt-huit ont resserré les rangs après le crash du vol MH17 et semblent prêts à passer à la vitesse supérieure contre Moscou, c’est-à-dire au « niveau 3 » des sanctions. Un niveau qui vise les secteurs-clés de l’économie russe : marchés financiers, énergie et défense. Trois dossiers délicats pour les Européens, notamment pour la France, en ce qui concerne les ventes d’armes. Mais ces mesures ne seraient pas rétroactives. Une nouvelle réunion est prévue mardi 29 juillet à Bruxelles pour décider d’un éventuel passage à cette nouvelle étape.

Les personnalités mises en cause par l’Union européenne ce samedi le sont pour leur soutien ou leur participation active à la déstabilisation de l’Ukraine et l’annexion de la Crimée qui menacent l’intégrité de l’Ukraine. Sont aussi concernés des groupes armés séparatistes ukrainiens et des entreprises basées en Crimée.

Pour les Etats-Unis, Poutine est « coupable »

Cette annonce de nouvelles sanctions intervient au lendemain de la réaffirmation par les Etats-Unis de leur volonté d’œuvrer de concert avec l’Union européenne et le G7 pour imposer de nouvelles sanctions contre la Russie. Pour la Maison-Blanche, Vladimir Poutine et les Russes sont en effet directement « coupables de la tragédie » du MH17.
« Nous avons vu des armes lourdes être déplacées de Russie vers l’Ukraine pour arriver entre les mains des chefs séparatistes. Nous avons pu observer que ces mêmes séparatistes, soutenus par les Russes, étaient également entrainés par les Russes pour utiliser ces armes : des systèmes d’armement qui incluent des missiles sol-air et selon les médias sociaux, il s’agissait de missiles SA11 », a déclaré Josh Earnest, porte-parole de la Maison-Blanche.

« Ce que nous savons aussi, c’est que l’avion de la Malaysia Airlines a été abattu par un missile sol-air. Il a été tiré au sol dans une zone contrôlée par les séparatistes, et dans une zone où les Ukrainiens ne faisaient pas fonctionner eux-mêmes d’armes antiaériennes à ce moment-là. C’est pourquoi nous en avons conclu que Vladimir Poutine et les Russes étaient coupables de cette tragédie », a ajouté Josh Earnest.

Ce vendredi, le vice-président américain, Joe Biden, s’est entretenu avec le président ukrainien, Petro Porochenko, au sujet de l’enquête sur la destruction de l’avion de Malaysia Airlines et sur la situation politique ukrainienne.

« La coopération internationale mise en danger »

Le ministère russe des Affaires étrangères a quant à lui affirmé ce samedi que les nouvelles sanctions de l’Union européenne visant les chefs des services de renseignement russes, en raison du rôle joué par la Russie en Ukraine, risquent de mettre fin à toute coopération en matière de sécurité. L’Union européenne « a, pour parler clairement, mis en danger la coopération internationale dans le domaine de la sécurité », a assuré le ministère russe des Affaires étrangères, dans une réponse courroucée à la décision annoncé samedi matin par l’UE.

RFI