RDC: Ne Muanda Nsemi, le leader de Bundu dia Kongo, finalement libéré

RDC: Ne Muanda Nsemi, le leader de Bundu dia Kongo, finalement libéré

En RDC, Ne Muanda Nsemi, le chef du mouvement politico-religieux Bundu dia Kongo a été remis en liberté provisoire, selon la police. Il a donc quitté vendredi 10 mai en fin d’après-midi la prison de Makala où il avait été reconduit la veille après son arrestation. Depuis sa réapparition surprise lundi, des tractations ont eu lieu à Kinshasa pour savoir quel sort lui serait réservé. Au moment de son évasion spectaculaire de la prison de Makala il y a deux ans, Ne Muanda Nsemi était poursuivi pour outrage au chef de l’État et incitation à la violence après des affrontements entre ses adeptes et les forces de l’ordre dans la capitale. Il n’a jusqu’à présent été jugé, ni condamné.

Il n’aura finalement passé qu’une seule nuit en prison. Selon la police, c’est le procureur général de la cour de cassation qui a décidé vendredi après-midi d’accorder la liberté provisoire à Ne Muanda Nsemi.

Un peu plus tôt, selon son entourage, il avait reçu en prison la visite d’un émissaire du procureur dans le but de l’auditionner mais l’audition n’a pas eu lieu. Ne Muanda Nsemi s’étant plaint d’un malaise, il venait d’être admis au centre de santé de la prison.

Cette remise en liberté est l’aboutissement d’une semaine de tractations intenses et pleine de rebondissements. Lundi au moment de sa réapparition du chef des Bundu Dia Kongo, Joseph Olenghankoy, le président du CNSA le comité national de suivi de l’accord de la Saint-Sylvestre, avait laissé entendre que Ne Muanda Nsemi ne serait pas poursuivi en vertu du climat de « décrispation politique » en cours. Mais dès le lendemain, le ministre de l’Intérieur par intérim, Basile Olongo ordonnait son arrestation le qualifiant de « fugitif ».

La police a mis quatre jours à le localiser pour le ramener jeudi soir en prison. « Décrispation ne veut pas dire impunité » expliquait alors le ministre. Pour lui son incarcération était un préalable et si grâce présidentielle il devait y avoir, cela ne pourrait être décidé que dans un second temps.

Reste donc à savoir, maintenant que Ne Muanda Nsemi est repassé pour quelques heures par la case prison, quelle suite sera donnée aux charges qui pèsent contre lui.

(Rfi)

bakolokongo