Présidentielle en RDCongo: Une fuite de données désigne Fayulu gagnant avec une large avance

Présidentielle en RDCongo: Une fuite de données désigne Fayulu gagnant avec une large avance

Avec environ 60% des voix, Martin Fayulu serait le gagnant incontesté de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo, ressort-il mardi de deux ensembles différents de données auxquels le Financial Times a pu avoir accès. La Commission électorale (Céni) a proclamé vainqueur son adversaire Felix Tshisekedi la semaine passée, alors qu’il n’aurait même pas recueilli 20% des votes d’après ces données.

Modifie le 16.01.2019 15:00(T.U.)

Le quotidien britannique base son analyse sur des données de la Céni qui ont fuité et sur celles de l’Église catholique, qui affirme avoir déployé 40.000 observateurs le jour du scrutin. Les chiffres de la Céni attribuent 59,4% des voix à Martin Fayulu. Felix Tshisekedi arriverait deuxième avec 19% des votes. D’après les données de l’Église catholique, M. Fayulu obtiendrait même 62,8%.

Martin Fayulu réclame l’invalidation des résultats du scrutin et a déposé un recours en ce sens auprès de la Cour constitutionnelle. Des voix s’élèvent dans le pays contre un accord que le président Joseph Kabila, à la tête de la RDC durant plus de 18 ans, aurait conclu avec Felix Tshisekedi pour se maintenir au pouvoir dans l’ombre de son successeur.

Martin Fayulu est le véritable vainqueur de la présidentielle

Des milliers de documents qui ont fuité le 15 janvier vers des médias étrangers prouveraient que Martin Fayulu est le véritable vainqueur de la présidentielle du 30 décembre. Le candidat de la coalition Lamuka aurait obtenu près de 60 % des voix selon ces données.

Alors que la Cour constitutionnelle avait commencé à examiner le recours déposé par Martin Fayulu, afin de contester les résultats de la présidentielle du 30 décembre 2018 qui le donnaient deuxième, derrière Félix Tshisekedi, des milliers de documents ont fuité le 15 janvier vers plusieurs médias étrangers, qui prouveraient que le candidat de la coalition Lamuka est le véritable vainqueur de la présidentielle.

Ces données, qui ont fuité vers le Financial Times, TV5 Monde et Radio France internationale (RFI), sont de deux origines différentes. Une partie, attribuée à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), par l’intermédiaire d’un lanceur d’alerte, montrerait que Martin Fayulu a obtenu 59,4 % des voix et concernerait 86 % des suffrages exprimés. L’autre partie émane de l’Église catholique et le donne gagnant à 62,8 % des voix, ceci sur 43 % des suffrages.

Les médias concernés insistent sur la corrélation étroite entre ces résultats, mais ne cachent pas que les données présentées comme provenant de la Ceni sont aussi passées par les mains de proches de Martin Fayulu.

Début de l’examen du recours déposé par Fayulu

Cette fuite de documents intervient alors que la Cour constitutionnelle a commencé mardi à examiner le recours déposé par Martin Fayulu. Dans une salle pleine à craquer, Me Toussaint Ekombe a appelé la Cour à « annuler les résultats provisoires de l’élection présidentielle proclamés par la Ceni ».

Ce dernier a affirmé que Martin Fayulu était le véritable vainqueur de l’élection présidentielle, et avait réuni 8 648 635 voix, selon les résultats compilés par son camp. Il a demandé à la Cour d’ordonner un « recomptage des voix ».

Selon les résultats de la Ceni, Félix Tshisekedi a été déclaré vainqueur de la présidentielle avec 38,57 % des suffrages exprimés. Martin Fayulu est arrivé deuxième, avec 34,83 %, devant Emmanuel Ramazani Shadary (23,84 %).

(Avec Afp)

bakolokongo