Plainte contre Martin Fayulu: situation tendue à Kinshasa avec des manifestations à travers tout le pays lundi 6 mai

Plainte contre Martin Fayulu: situation tendue à Kinshasa avec des manifestations à travers tout le pays lundi 6 mai

Suite à la plainte déposée contre le président Martin Fayulu qui a été invité à se présenter à la police judiciaire lundi 6 mai à 10 heures à Kinshasa afin d’être entendu dans ce dossier, la situation reste tendue en RDC. La population congolaise tout entière se mobilise à Kinshasa et à travers tout le pays pour manifester sa colère et protestation contre la plainte déposée par Claude Ngoy Lufuluabo, un bouc émissaire du régime criminel de Joseph Kabila dont Felix Tshisekedi est le masque.

Le président Martin Fayulu a déclaré répondre positivement à l’invitation de la police judiciaire, il sera assisté de ses avocats. Les 62% des congolais qui l’ont élu massivement président de la république démocratique du Congo le 30 décembre 2018 l’accompagneront à cette invitation au siège du casier judiciaire sise 30, avenue Kalemie dans la commune de la Gombe.

Tous les congolais des provinces et de la diaspora sont aussi appelés à la mobilisation tous azimuts. Ceux des provinces se mobilisent pour manifester leur colère devant les parquets de leurs juridictions respectives ; tandis que les congolais de la diaspora vont manifester devant les ambassades de la RDC dans leurs pays hôtes pour dénoncer cette action judiciaire. Les affiches se multiplient dans les réseaux sociaux.

Ngoy Lufuluabo dans le viseur des Combattants résistants

Suite à sa démarche machiavélique de plainte fabriquée contre le président Martin Fayulu avec des fausses accusations, notamment pour « incitation à la haine ethnique », Claude Ngoy Lufuluabo est devenu la cible des Combattants résistants qui étudient sérieusement quelle leçon à infliger à celui qu’ils qualifient de bouc émissaire de la Kabilie. Selon les sources de bakolokongo, Claude Ngoy Lufuluabo serait un membre actif de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe. A en croire notre renseignant, la situation est grave, le cycle de violence risque d’embraser le pays.

Fayulu, «Arme nucléaire»

Contacté par la rédaction de bakolokongo, l’entourage du président Martin Fayulu dénonce une tentative « d’intimidation ». Un haut cadre proche de Martin Fayulu en Europe a affirmé avec sérénité que le président Martin Fayulu est suffisamment bien préparé et que ce genre d’initiative irresponsable dans le but d’intimider et faire taire un phénomène comme Fayulu simplement parce qu’il réclame la vérité des urnes est une démarche suicidaire pour le pays. Et d’ajouter : « Martin Fayulu n’est pas comparable à Etienne Tshisekedi ou Jean-Pierre Bemba. Martin Fayulu constitue une «arme nucléaire» aujourd’hui en RDC et dans toute la région des Grands Lacs qui fait qu’en cas de déclenchement, personne ne survivra. Il est grand temps d’arrêter de telles aventures à grand risque qui menacent la stabilité et la paix ».

Martin Fayulu a démontré lors de l’élection et pendant la campagne pour la vérité des urnes a l’intérieure et extérieure de la RDC qu’il est le seul aujourd’hui qui peut mettre toutes les communautés congolaises ensemble, qu’elles viennent du centre, de l’est ou de l’ouest du pays…

Le président Martin Fayulu a été visé par une plainte déposée contre lui le 18 février par un certain Jean-Claude Ngoy Lufuluabo auprès du procureur général près la Cour de cassation, qui a ordonné le 30 avril au commissaire général adjoint chargé de la police judiciaire l’ouverture d’une enquête. Le véritable vainqueur à l’élection présidentielle de décembre 2018 y est accusé d’« incitation à la haine ethnique, massacre des balubas, pillage, atteintes aux droits garantis, crime de génocide et crimes contre l’humanité ». La police judiciaire a ainsi invité Martin Fayulu à se présenter à la police judiciaire lundi 6 mai afin d’être entendu dans ce dossier.

Le commissaire de la police judiciaire a compétence d’entendre l’accusé et établir si la plainte sur les accusations à charge sont fondées et retransmettre au procureur général près la Cour de cassation pour délibération.

Cette action judiciaire contre Martin Fayulu risque d’embraser la situation dans le pays. Mercredi, plusieurs personnes ont manifesté dans l’est de Kinshasa pour dénoncer cette action judiciaire, et des pneus ont été brûlés sur la route principale menant vers l’aéroport international de N’djili.

bakolokongo