Kongo-Central: près de 50 morts dans un accident de circulation à Kisantu

Kongo-Central: près de 50 morts dans un accident de circulation à Kisantu

Près de cinquante personnes sont mortes dans un accident de circulation qui s’est produit lundi 24 décembre dans la cité de Kisantu, au Kongo-Central. Des autorités locales qui livrent ce bilan provisoire, expliquent qu’un camion remorque en provenance de Kinshasa pour Matadi est entré en collusion avec un bus des passagers en provenance de Gungu, dans la province du Kwilu.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’excès de vitesse serait à la base de cet accident de circulation.

Des témoins renseignent que cet accident a eu lieu à l’entrée de l’hôtel Mbuela Lodge et la route nationale N°1 à Kisantu.

Plusieurs personnes sont décédées sur place. Elles ont été acheminées à la morgue de Kisantu.

Les personnes blessées ont été conduites à l’hôpital Saint Luc.

Un agent de l’administration routière contacté par Radio Okapi estime que le nombre de morts pourrait augmenter au regard des personnes grièvement blessées.

La collision entre deux véhicules a eu lieu sur la route Nationale 1 à quelque 130 km à l’ouest de Kinshasa dans le même secteur qu’un précédent accident qui avait fait des dizaines de morts le 6 octobre.

« Une remorque allait de Kinshasa à Matadi. En face, un véhicule Transit Ford, qui avait à son bord 32 personnes, a perdu le contrôle. La remorque a +ramassé+ (ndr: percuté) le véhicule Transit Ford », a précisé le ministre provincial.

Le 6 octobre, plusieurs de cinquante personnes sont mortes calcinées après la collision entre un camion-citerne rempli de carburant et un autre camion au niveau du village de Mbuba, près de Kisantu, où les victimes avaient été prises par la propagation du feu.

Des carcasses de véhicules fraîchement accidentés jalonnent la route entre la capitale Kinshasa et Matadi, avait constaté une équipe de l’AFP lors d’un tout récent reportage sur cet axe stratégique entre la capitale et l’un des rares débouchés maritimes du pays.

« La route est tellement étroite, les remorques prennent tellement d’espace, que les chauffeurs des petits véhicules se retrouvent dans les ravins. J’ai été témoin de plusieurs accidents sur cet axe », avait témoigné un habitant, Manzeza Ndoluvualu.

(Avec Agences)

bakolokongo