Gratuité de l’enseignement en RDC: Les défis des parents congolais à quelques jours de la rentrée scolaire

Gratuité de l’enseignement en RDC: Les défis des parents congolais à quelques jours de la rentrée scolaire

A Goma, plusieurs ménages n’ont pas les moyens d’acheter les fournitures scolaires à leurs enfants alors que la rentrée est prévue le premier lundi de septembre.

« Je scolarise douze enfants, ce n’est pas aisé de payer les frais pour eux », explique Kambale Hilaire, la cinquantaine, au chômage depuis plusieurs années. Il explique vouloir voir le gouvernement mettre en oeuvre la gratuité de l’enseignement de base comme promis par le président Félix Tshisekedi.

Face à ces difficultés, les associations caritatives viennent à la rescousse des orphelins et autres vulnérables. C’est le cas de l’Association des femmes pour l’auto prise en charge et le développement (AMEAD), qui vient d’assister plus de quatre cent enfants en âge scolaire avec un kit scolaire gratuit composé de cahiers, stylos et sacs à dos.

« Notre action vise à épauler les parents qui n’ont pas de moyens, mais surtout venir en aide aux orphelins et autres vulnérables », confie Joséphine Kahongya, fondatrice d’AMEAD, à VOA Afrique.

Des écoliers en fil devant une salle de classe à Goma, le 23 septembre 2015. (VOA/Charly Kasereka)
Le gouvernement congolais promet la suppression des frais de fonctionnement des écoles qui étaient à la charge des parents.

Cette mesure est jugée « incomplète », pour la députée provinciale Adèle Bazizane, une ex-ministre de l’Education du Nord-Kivu. Elle précise que le système éducatif congolais reposait sur le partenariat entre écoles et parents et le gouvernement devrait plutôt supprimer les frais appelés « prime ».

Selon elle, c’est la prime qui coûte plus cher aux parents congolais (ndr en RDC, l’enseignement primaire coûte en moyenne 150 USD par an dans des écoles officielles), dans un pays où le taux de chômage est de plus de 85%.

Pour cette année scolaire 2019- 2020, le contexte est un peu différent avec la fièvre Ebola déclarée depuis plus d’une année et qui touche trois provinces de l’est de la RDC : le Nord et le Sud-Kivu, ainsi que l’Ituri.

Les responsables de l’éducation du Nord-Kivu promettent déjà des mesures de prévention dans les écoles avec des dispositifs de lavage des mains et une sensibilisation des enfants pour leur rappeler de plus se toucher mutuellement comme auparavant.

Selon les données de l’inspection de l’Education, la ville de Goma attend environ 14.000 jeunes écoliers et écolières entrant pour la première dans un établissement scolaire.

(Avec VOA)